infirmiere salaire infirmiers salaires | Coordination Infirmière syndicat CNI | emploi et formation pour les infirmières et infirmiers

0

Les salaires des infirmières en France

Pour l’ensemble de la profession infirmière, les salaires n’ont quasiment pas évolué depuis les événements de 1988 où près de 100.000 infirmier(e)s étaient descendu(e)s dans la rue.

Les acteurs du soin que sont les infirmières réclament un salaire adapté aux multiples contraintes de leur profession : une charge de travail importante, des responsabilités croissantes, la pénibilité, la  présence 24h/24, dimanches et jours fériés inclus… Les infirmiers s’épuisent, ils changent d’orientation professionnelle, ont une durée de vie au travail de 10 ans. Beaucoup de jeunes diplômés ne restent pas dans les services de soins, ils se découragent et quittent la profession. Vingt pour cent des étudiants dans les instituts de formation en soins infirmiers abandonnent leurs études parce qu’ils se rendent compte que cette profession est trop difficile. De nombreux départs à la retraite s’annoncent.

Un constat s’impose

La filière infirmière n’attire plus et la pénurie installée depuis longtemps s’accentue.

Le 13 février 2007 au cours d’une réunion avec la DHOS (Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins) notre organisation syndicale apprend que le ministre de la santé refuse d’attribuer les niveaux Licence, Master, Doctorat aux infirmiers comme le stipule les accords de Bologne sur l’harmonisation  des diplômes européens.

Pas d’augmentation salariale et toujours un diplôme reconnu à BAC + 2 alors que nous effectuons plus de 3 ans et demi d’études.

Le niveau actuel des salaires infirmiers reste peu attractif • Les dernières avancées salariales (16 € sur la prime Veil) obtenues, dans la fonction publique hospitalière le 19 octobre 2006, par les centrales syndicales ne suffisent pas à satisfaire des milliers de professionnels.

Pendant les premières années de sa vie professionnelle, une infirmière touche un salaire peu élevé. La rémunération fixée par des échelons atteindra (au bout de 3 à 4 ans d’ancienneté) un total  brut de 1.746 € (1). Déduisons 20% de charges sociales (2), le calcul très intéressant est soumis à réflexion…. son salaire net sans prime : environ 1.397 €. Soit un taux horaire net de 9,97

€ pour 151,67 heures de travail (semaine de 35 heures). Le SMIC net  horaire pour 35 heures est de 6,76 €. Soit une différence de 3,21 € . ! Je vous laisse apprécier le peu de différence de salaire compte tenu de notre spécificité et de nos années d’études… ! Et les primes… parlons de ce qui fâche. Seulement 20% de leurs montants sont soumises à cotisation donc 80% non comptabilisées pour la retraite. Pour le travail de nuit, les dimanches, les jours fériés…

Quand une infirmière travaille 9 heures de nuit elle touche une indemnité de 12

€ par nuit soit une valorisation de sa garde de 1,33 € par heure.
Quand une infirmière travaille les dimanches et les jours fériés, elle touche un indemnité de 44,89 € / dimanche et jours fériés de 8 heures soit 5,61 € par heure de travail.

Pour illustrer le sujet, la comparaison de quelques salaires de début de carrière (chiffres fournis par le site gouv.fr) est intéressante :

• Un infirmier : plus de 3 ans d’études = 1.420

€ net en début de carrière (prime comprise)
• Un technicien de laboratoire : 2 ans d’études = 1.411 € net en début de carrière (prime comprise)
• Un manipulateur radio : 3 ans d’études = 1.411 € net en début de carrière (prime comprise)
• Un préparateur en pharmacie : 2 ans d’études = 1.363 € net en début de carrière (prime comprise)
• Une aide-soignante : 9 mois d’études = 1.270 € net en début de carrière (prime comprise)
• Une auxilliaire de vie : 9 mois d’études = 1.180 € net dans le privé.

Une repasseuse à domicile, une employée de maison touche un salaire horaire brut compris entre 8,27

€ et 9,90 € de l’heure (3).
Un professeur qui donne des cours particuliers est rémunéré de 30 à 50 € de l’heure voir plus s’il est un as des mathématiques. Quotidiennement les infirmiers font de l’enseignement pour la prévention, de l’éducation aux diabétiques, aux stomisés… ! • Dans le privé les salaires établis par les conventions collectives sont, en début de carrière, sensiblement les mêmes que dans le public. Mais, depuis quelques années, la pénurie infirmière laisse place à la négociation salariale avec les dirigeants des établissements privés. Les salaires sont souvent plus élevés que dans le public en début de carrière.

• Les infirmiers libéraux sont aussi touchés par les restrictions budgétaires de la santé. Et cela malgré la revalorisation des actes obtenue (au 1er juillet 2007) par quatre syndicats d’infirmiers libéraux (4) en avril dernier.

Deux euros pour un remboursement de trajet autorisé par l’assurance maladie quand on connaît le prix du litre d’essence… ! Les médecins ont, eux, une indemnité de déplacement de 10

€  et les kinésithérapeutes de 4 € s’ils manipulent plus de 2 articulations chez le même patient. A croire que le prix du carburant à la pompe fluctue en fonction de votre exercice professionnel… !

Des AMI (Acte Médical Infirmier) dérisoires pour des injections faites à domicile, 2,90

€ par injection alors qu’un médecin pour le même acte touche 22 voir bientôt 23 €.
Ajouter à cela, un investissement considérable pour ouvrir son propre cabinet (environ 15.500 € ). Une disponibilité à toute épreuve au chevet des patients… !

Notre organisation syndicale qui revendique une revalorisation des salaires infirmiers est intimement convaincue que si cet effort est fait, il solutionnera en grande partie les problèmes de pénurie ce qui induira de meilleures conditions de travail.

Ne pensez-vous pas qu’un salaire adapté reconnaîtrait enfin notre travail, notre confrontation journalière avec la souffrance et la mort ? Ne pensez vous pas que la reconnaissance de nos trois années d’études, de nos responsabilités en corrélation avec les futures prescriptions et consultations infirmières ainsi que les transferts de compétences à venir est légitime pour ces milliers de professionnels ? Jusqu’où vont aller les gouvernements successifs… ! Il faut faire des économies sur la santé certes mais pas sur le dos des infirmiers. Depuis plusieurs années, dans les couloirs des hôpitaux, des cliniques résonnent le mécontentement des blouses blanches mais aujourd’hui la colère gronde. Quatre mobilisations à Paris et dans les régions ont eu lieu au printemps, pour une reconnaissance de nos trois années d’études, pour des salaires à la hauteur de nos compétences et de nos responsabilités, pour l’amélioration de nos conditions de travail et d’études… Devant la détermination des manifestants, le gouvernement ouvre enfin une porte aux négociations. Aujourd’hui, les pouvoirs publics ne sont plus en mesure d’ignorer la parole infirmière et ils ne doivent pas laisser  se dégrader les énergies de toute une profession. Nous ne pouvons plus nous contenter de belles promesses. Les infirmiers attendent cette reconnaissance. Il est temps de passer aux actes car prendre soin de la profession et des professionnels infirmiers, c’est aussi prendre soin de notre système de santé tout entier. (1) Salaire indice 324 (au 2ème échelon de la classe normale avec suivant les hôpitaux une ancienneté de 3 à 4 ans) : • Traitement de base            1467,72 €

• Indemnité de résidence          41,57


• Indemnité de sujetion           117,19 €
• Prime Veil                             76,22 €
• Indemnité exceptionnelle        43,90 €

(3) Rémunération des employés à domicile (salaire horaire brut en euros)

 Niveaux  salaire

horaire

sans

ancienneté

après

3 ans

après

4 ans

après

5 ans

après

6 ans

après

7 ans

après

8 ans

après

9 ans

après

10 ans

Débutant 8,27
 Niveau 1 8,27 8,34 8,42 8,51 8,59 8,67 8,75 8,83 8,91
 Niveau 2 8,30 8,55  8,63 8,72 8,80 8,88 8,96 9,05 9,13
 Niveau 3 8,48 8,73  8,82 8,90 8,99 9,07 9,16 9,24 9,33
 Niveau 4 8,54 8,80  8,88 8,97 9,05 9,14 9,22 9,30 9,39
 Niveau 5 9,00 9,27  9,36 9,45 9,54 9,93 9,72 9,81 9,90

 

(4) FNI (Fédération Nationale des Infirmières) – ONSIL (Organisation Nationale des Syndicats d’Infirmiers Libéraux) – CI (Convergence Infirmière) – SNIL (Syndicat National des Infirmiers et Infirmières Libéraux). Ventilation des revalorisations des infirmières libérales pour les années 2007 et 2008.

Au 1er juillet 2007

AMI = 3 € au lieu de 2,90 €
AIS = 2,50 € au lieu de 2,40 €
IFD = 2,20 € (indemnité frais déplacement) au lieu de 2 €
Dimanches et jours fériés = 7,80 € au lieu de 7,62 €

Au 1er août 2008
AMI = 3,15 €
AIS = 2,65 €
IFD = 2,30 €

Régine WAGNER, CHG Aix-en-Provence
Trésorière adjointe CNI

Article paru dans le n° 25 (juin 2007) de la revue de la Coordination Nationale Infirmière (CNI)

Envoyer cet article