20080609295 | Congrès National Infirmier | Dernières News

0
Écrit par Nathalie DEPOIRE
09-06-2008
Congrès National Infirmier

Les 22, 23, 24 mars 2006, se tenait à Nantes le 1er Congrès National Infirmier. 500 participants, dont la grande majorité appartiennent à l’encadrement. Les conférences, ateliers et tables rondes réunissent : Directeurs de Soins, Cadres, Médecins, Sociologues et Historiens.

Durant 3 longues journées, les neurones s’agitent. Toute la filière infirmière s’interroge. Les thèmes abordés concernent la définition du Soin Infirmier en 2006, l’évolution de la profession infirmière vers une Universitarisation. Les interventions sont riches, le langage soutenu. Les exposés s’appuient sur de nombreuses références à diverses parutions que (bien sûr c’est évident !) la salle est supposée maîtriser. Un rapide regard alentour me confirme que je ne suis pas seule à m’interroger ici ou là. Mon expérience “d’infirmière de base” (expression reprise + ou – péjorativement en boucle durant ce congrès) me laisse souvent démunie devant ce verbiage à des années lumières de ma pratique quotidienne ; heureusement mon expérience, somme toute récente (depuis 2002) au sein de la Coordination Nationale Infirmière me maintient la tête hors de l’eau ! Malgré un décalage d’heure en heure plus flagrant entre les premiers rangs et le reste de la salle, les interventions se succèdent sans vider la salle. Les questionnements sont pertinents et les valeurs communes, ainsi les infirmières s’adaptent et s’accrochent aux problématiques, après tout le programme donnait le ton !

Il faut attendre le 3ème jour pour que les débats s’imposent et que les vraies questions fusent. La synthèse des ateliers est pour cela une véritable opportunité.

Les constats tels que “les infirmières ne lisent pas assez… les infirmières ne prennent pas la parole… les infirmières ne s’expriment pas… les infirmières ne s’investissent pas dans la recherche…” mènent à une remise en question de la formation initiale et se confrontent aux témoignages des infirmières en exercice qui évoque leur quotidien : “5mn de transmission pour 3 patients en réanimation… un manque de temps et de personnel devenu chronique… une difficulté évidente de communication entre les soignants et leur directeur des soins…”. Si le débat qui s’est installé alors n’a pas de solutions immédiates ; il a bel et bien eu lieu et  témoigne en lui-même d’une évolution de notre profession. Ces 3 journées marquent, nous l’espérons un nouveau rendez-vous de la profession dans son ensemble. Présent dans le groupe de travail au Ministère concernant la mise en place du système LMD (Licence/Master/ Doctorat), le syndicat Coordination Nationale Infirmière CNI a pu constater durant ces 3 journées qu’il pouvait poursuivre son combat sur la forme : la profession œuvre en symbiose sur le fond.

Nathalie DEPOIRE, Vice-Présidente Coordination Nationale Infirmière CNI

Envoyer cet article

Dernière mise à jour : ( 09-06-2008 )