Coordination Nationale Infirmière – CNI infirmiere infirmier syndicat professionnel – Huit organisations s’opposent au statut libéral des aides soignants

0

Huit organisations s’opposent au statut libéral des aides soignants

Madame la Ministre,

Dans votre réponse, publiée au JO du Sénat le 17 juillet 2008, à une question écrite du Sénateur Louis Pinton (Indre-UMP) portant sur la création d’un statut libéral d’aide-soignant, vous avez précisé :

« Conformément à l’article R. 4311-4 du code de la santé publique, les aidessoignants agissent sous la responsabilité de l’infirmier ou de l’infirmière et dans les limites de la qualification qui leur est reconnue du fait de leur formation. Il n’est pas envisagé de doter la profession d’aide-soignant d’un décret de compétences propres susceptibles d’être exercées en dehors de la responsabilité de l’infirmier ou de l’infirmière. » …..

Pour autant, la proposition de loi du député Moyne-Bressand déposée le 1er avril 2009, sous couvert de création d’un statut libéral des aides-soignants dont on perçoit difficilement la pertinence et l’opérationnalité en dehors de tout cadre conventionnel, présente la particularité de modifier radicalement le code de la santé publique pour conférer aux aides-soignants le statut d’auxiliaire médical.

Concernant les motifs évoqués par Monsieur Moyne-Bressand dans sa proposition de loi, nous tenons à préciser :

  1. Que la référence à des quotas d’actes pour les infirmiers libéraux n’est plus de mise depuis la convention de 2002, elle-même remplacée le 25 juillet 2007.
  2. Que dans l’exposé des motifs, il y a confusion entre le concept « d’aide à la personne » et de « soins infirmiers ». L’intervention des aides-soignantes auprès des personnes en situation de dépendance n’est pas différenciée de celui des infirmières, des auxiliaires de vie sociale ou des aides ménagères.
  3. Que le statut libéral des aides-soignants ne constitue pas une réponse adaptée aux problèmes révélés par la canicule. Le rapport de l’IGAS, publié en décembre 2003, fait état d’une surmortalité de 10 000 à 15 000 décès observés suite à la canicule. Seuls 24% des personnes sont décédés à leur domicile, il s’agissait pour la plupart de personnes âgées isolées, ne recevant pour la plus grande majorité, ni soins infirmiers, ni aide aux gestes de la vie quotidienne. Depuis, la création de la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie), le financement du « cinquième risque » à hauteur de 15 milliards d’euros, la multiplication des services à la personne, la création des MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées), l’extension des Services de soins à domicile, la création d’HEPAD, ont largement pallié aux carences sociales constatées en 2003, ce que semble ignorer Monsieur le député Moyne-Bressand. L’étude réalisée par l’INSEE-INSERM-ORS dans les Bouches-du-Rhône, rendue publique le 9 Janvier 2004, portant sur les besoins des personnes âgées à domicile, expose qu’un quart des personnes de plus de 60 ans a seulement besoin d’aide aux gestes de la vie quotidienne pour rester à domicile. De plus, les aidants naturels vieillissant, les besoins vont continuer à croître. C’est donc bien dans ce secteur de l’aide à domicile qu’il convient d’apporter les bonnes réponses.
  4. Que la création d’un auxiliaire médical libéral supplémentaire à domicile complique l’élaboration d’un projet de prise en charge pluridisciplinaire et la coordination des professionnels de santé à domicile. Le Président de la République, dans son discours à BORDEAUX le 16 octobre 2007, précisait : « une meilleure articulation entre les différents acteurs du soin est nécessaire (….), les soins de longue durée et la prise en charge des personnes âgées ». Sept professions d’auxiliaires médicaux exercent à domicile et concourent à l’élaboration d’un projet de soins : infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes, orthoptistes, ergothérapeutes, psychomotriciens. Ces professionnels doivent, non seulement se coordonner entre eux, mais également avec le médecin généraliste pivot du parcours de soins coordonnés, les médecins spécialistes, le laboratoire d’analyses médicales, le pharmacien, les infirmiers ou médecins hospitaliers, les services d’aide aux personnes… La création d’un auxiliaire médical supplémentaire dont le besoin dans la chaîne sanitaire n’est pas démontré ne peut que compliquer l’élaboration d’un projet de prise en charge pluridisciplinaire, la coordination des professionnels de santé et l’articulation avec les services sociaux.
  5. Alors que le Gouvernement entend poursuivre la politique de maîtrise dedépenses de santé dans un contexte économiquement défavorable, la création d’une nouvelle profession d’exercice libéral serait génératrice de dépenses supplémentaires pour l’Assurance maladie.
  6. Que le financement des prestations des aides-soignants par la famille est illusoire. L’APA rencontre un grand succès auprès des familles au motif que le seuil de reprise sur succession a été relevé notablement. Au 30 juin 2008, 1 094 000 personnes (Rapport DRESS) bénéficient de cette allocation pour un montant de 2,1 milliards d’euros par an. Il serait incompréhensible pour les citoyens de prendre des mesures sociales de cette envergure, puis de leur demander de financer, même partiellement, le ou les passages d’un aide soignant accomplissant ce que font les SSIAD aujourd’hui sans qu’ils aient à faire ne serait-ce que l’avance des frais.

C’est sans aucune concertation préalable avec les instances représentatives, associatives, syndicales et ordinales des infirmières, pas plus qu’avec les autres professions de santé, qu’un groupe de députés de la majorité, dont plusieurs médecins et pharmaciens, à l’instar de Monsieur Paul Jeanneteau, votre suppléant, envisagent donc sérieusement de bouleverser totalement l’architecture de notre système de santé, sur la base d’un exposé des motifs non réactualisé et sans mesurer les conséquences d’une telle décision sur la sécurité des soins.

En effet, l’inscription de la profession d’aide-soignant au livre 3 du code de la santé publique leur attribuerait « par autorisation de la loi » la possibilité d’attenter à l’intégrité physique des personnes dans un but thérapeutique. Rien ne s’opposera dès lors à ce que des actes médicaux leur soient délégués directement, alors même que ces professionnels n’ont aucune formation en pharmacologie ou en biologie médicale.

Les huit organisations syndicales signataires de la présente se donneront tous les moyens pour alerter les usagers du système de soins sur les conséquences potentiellement dramatiques qu’impliquerait l’adoption d’un tel projet. Les accidents récents, relayés par les médias et survenus dans les hôpitaux d’Ile-de-France, démontrent la priorité absolue qu’il y a à ne pas écarter de l’organisation de notre système de santé la notion de qualification sur laquelle est construit actuellement le code de la santé publique, et votre réponse au Sénat en juillet 2008 était sans ambiguïté sur ce dernier point. Nous tenons, comme vous l’avez fait, à souligner le rôle incontournable des aides soignants dans notre système de soins et à mettre en relief la très proche collaboration qui existe entre nos deux professions, sans toutefois nous écarter du niveau de responsabilité que le code de la santé publique confère aux infirmiers pour garantir la qualité et la sécurité des soins que nos concitoyens sont en droit d’attendre. Il convient également de rappeler que des dispositions introduites récemment par le Haut conseil des professions paramédicales permettent aux aidessoignants d’accéder au diplôme d’Etat d’infirmier, répondant ainsi à leur souhait légitime d’ascension sociale tout en respectant la sécurité des soins.

En conséquence, nous vous demandons instamment de bien vouloir lever le trouble engendré par la proposition de loi de Monsieur Moyne-Bressand dans la profession, tous secteurs d’activité confondus, en précisant rapidement votre position concernant la modification du code de la santé publique proposée par ce texte et visant à attribuer aux aides-soignants le statut d’auxiliaires médicaux.

En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien porter à notre demande, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

Les organisations signataires : – CNI – FNI – ONSIL – SNAIMS – SNICS – SNIES – SNPI – CFE-CGC

– SNSPP – CFTC

 

 

Télécharger la proposition de loi

wikio5-7559152

La Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public Profession banquier, Vocation solidarité La Banque Fédérale Mutualiste (BFM) est la Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public. En créant la BFM, des mutuelles de la Fonction publique ont eu l’ambition de créer une banque citoyenne, conjuguant valeurs mutualistes et services bancaires performants. Depuis plus de 20 ans, la BFM distribue son offre bancaire via le réseau de la Société Générale, comptant plus de 2 200 agences. Les personnels de la Fonction publique et du Service public accèdent ainsi à une offre dédiée en matière de prêt et d’épargne, assortis de conditions tarifaires préférentielles. Aujourd’hui, ce sont ainsi près de 800 000 clients qui bénéficient quotidiennement des prestations BFM, complémentaires de l’offre Société Générale. Avantages du compte BFM : → Le Service Bienvenue : prise en charge gratuite des démarches de changement de domiciliation bancaire. Devenir client BFM, c’est simple…on s’occupe de tout ! → Remboursement des frais de transfert(1) de vos comptes (épargne et/ou titres) détenus dans votre banque d’origine. → Un numéro de compte bancaire toujours identique, même si vous changez d’agence. Pratique en cas de déménagement ! → Un conseiller dédié BFM, pour un accueil et un suivi personnalisé en agence. → Votre banque à distance via Internet, Internet mobile, téléphone, SMS… (1) Dans la limite de 100 € pour l’ensemble des comptes transférés. Voir conditions en agence Société Générale. Prêt personnel « BFM Liberté » Avec les prêts personnels BFM Liberté(1), dîtes oui à toutes vos envies ! Des taux à partir de 4,40% T.E.G.(3) hors assurance D.I.T.(2) facultative Un concentré d’avantages financiers → Taux fixe avantageux parmi les plus bas du marché (voir le barème). → Aucuns frais de dossier ou de gestion. → Assurance DIT(2) négociée au meilleur taux auprès de CNP Assurances : 0,28 % sur capital initial. → Prêt jusqu’à 8 ans. En totale liberté → Vous déterminez le montant et la durée du prêt en fonction de vos besoins. → Liberté d’utilisation de votre prêt. → Possibilité de franchise partielle de 3 mois, remboursement du capital à partir du 4ème mois. C’est également le produit idéal pour regrouper vos crédits (baisse de vos remboursements mensuels, meilleur taux, meilleure répartition de la durée de vos engagements). Exemple : Pour un prêt de 2 000 € sur 12 mois, vous remboursez 170,77 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 49,24 € pour un TEG annuel fixe de 4,40%. (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,47 €) (1) Prêt personnel non affecté consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur (Société Coopérative de Banque au capital de 66.707.892 EUR. RCS Créteil B 326 127 784. Siège :1, place des Marseillais – 94227 Charenton-le-Pont Cedex ) et d’être titulaire d’un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale (S.A. au capital de 725 909 055 euros – Siège social : 29, boulevard Haussmann – 75009 Paris – 552 120 222 RCS Paris). Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d’acceptation de l’offre de prêt, pour y renoncer. (2) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros. Contrat d’assurance Groupe – Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie et Incapacité Totale de Travail – souscrit par la BFM en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 804 13 72) auprès de CNP Assurances, société régie par le Code des Assurances et MFPrévoyance, union de mutuelles soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité. Ce contrat est présenté par la Société Générale en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 702 24 93) (3) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d’une durée de remboursement comprise entre 6 et 12 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d’une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. Livret d’épargne « BFM Avenir » La Banque Fédérale Mutualiste propose un livret d’épargne original : le Livret BFM Avenir qui associe une épargne performante et la possibilité de bénéficier d’un prêt à la consommation à taux décoté. Accessible à partir de 10 € de dépôts, le Livret BFM Avenir offre une rémunération de 3%(1), pour les 3 000 premiers euros versés. Au-delà de ce montant, et sans plafond sur les dépôts, le taux du livret BFM Avenir est de 2,55%(1) brut. Le Livret BFM Avenir permet de solliciter, sous conditions, un prêt personnel, sans frais de dossier, à taux avantageux à partir d’un certain montant d’intérêt acquis (voir conditions sur le site www.bfm.fr). (1) Taux nominaux annuels bruts, en vigueur au 16/02/2009 susceptibles de variation. Intérêts soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire forfaitaire et aux prélèvements sociaux. Offre dédiée aux moins de 35 ans « BFM Energie » Parce que vous voulez des services qui vous ressemblent, la BFM a développé une offre spécifique pour les moins de 35 ans : → Des offres de bienvenue : o 20 €(1) offerts à l’ouverture de votre compte BFM à la Société Générale. o 10 €(2) offerts à l’ouverture de chacune des solutions d’épargne proposées par la BFM et la Société Générale : Livret BFM Avenir, Livret A, LEP et LDD + 10 €(2) en cas de mise en place simultanée du service de virement programmé Déclic BFM. → 50 % de réduction sur les 2 premières années de cotisations sur de nombreux produits (Jazz, Piano, Messalia…) Prêt Spécial Démarrage(3) à un taux très attractif (à partir de 3,85% TEG.(4) hors assurance D.I.T.(5) facultative) pour financer tous vos projets (hors immobilier) : achat d’un véhicule, équipement, travaux, vacances… Exemple : Pour un prêt de 3 000 € sur 24 mois, vous remboursez 123,99 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 119,76 € pour un TEG annuel fixe de 3,85% (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,70 €) → Pour votre logement, profitez des solutions Pack Install’ : o Location : avance du dépôt de garantie + la banque se porte caution(6) pour vous auprès du bailleur. o Acquisition : prêts immobiliers avec prise en charge des frais de dossier(6) par BFM, cautionnement du prêt par votre mutuelle(6) et assurance emprunteur attractive. (1) Prime non cumulable avec d’autres offres Société Générale. • (2) Dans le cadre d’une entrée en relation. • (3) Prêt personnel consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur et d’être titulaire d’un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale. Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d’acceptation de l’offre de prêt, pour y renoncer. (4) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d’une durée de remboursement comprise entre 6 et 24 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d’une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. (5) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros (6) Voir conditions en Agence. Solutions immobilières Bénéficiez des taux de prêt avantageux de la Société Générale, d’un taux d’assurance préférentiel négocié par la BFM auprès de CNP Assurances et de la possibilité de faire cautionner votre prêt par votre mutuelle(1) Et si vous avez moins de 35 ans, vous bénéficiez de l’offre Pack Install’ dont la prise en charge des frais de dossier(1) sur votre prêt immobilier Société Générale. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.bfm.fr. (1) Voir conditions et liste des mutuelles « caution » en Agence.

Envoyer cet article