Grippe A H1N1 vaccination etudiant infirmier infirmiere requisition sous effectif

0

Fièvre au ministère : les décisions grippent le système !

Désengagement de l’Etat, suppressions de postes, conditions de travail inadmissibles, la réforme des hôpitaux de France engagée par Mme Bachelot montre aujourd’hui ses limites.

Sur fond de pandémie grippale, le gouvernement perd pied. Suites aux demandes de Nicolas Sarkozy, mécontent des files d’attentes devant les centres de vaccination, Mme Bachelot prend de nouvelles décisions pour étendre la vaccination contre le virus de la grippe A H1N1. …

Outre la désorganisation de ces centres, le choix de « taylorisation » majore les risques d’erreur et expose la responsabilité des professionnels.

La Coordination Nationale Infirmière dénonce avec force les conditions d’exercice des infirmiers et infirmières et ce quel que soit leurs secteurs d’activité ainsi que les conditions d’études.

Nous déplorons une gestion trop médiatique de la crise alors même que sur le terrain les moyens ne suivent pas :

  • Rupture de stocks (masques, sur blouses…)
  • Surcharge de travail pour les services d’urgence, de réanimation, de pédiatrie sans effectif supplémentaire. Il s’agit même d’un travail en sous effectif dans certaines unités lié à un absentéisme non remplacé.
  • Les effectifs hospitaliers déjà très contraints suite aux multiples non remplacement liés aux exigences de retour à l’équilibre budgétaire sont plus que limites pour faire face à cette crise sanitaire.
  • Déplafonnement des heures supplémentaires dans les établissements de santé de la Fonction Publique Hospitalière pour la période du 30 novembre 2009 au 15 janvier 2010. Cette décision intervient sans attribution de moyen, les hôpitaux sont donc dans l’incapacité de payer ces heures. Il s’agit une fois de plus de stocker des heures que l’on ne pourra rendre faute de remplaçant.

Face à la situation des établissements de santé, la pression retombe à présent sur les étudiants en soins infirmiers qui se retrouvent en centre de vaccination sur leur temps de formation. Des étudiants à qui l’on demande de se déplacer sans défraiement.

Ces mêmes étudiants qui faute de bourse sont contraints à de petits jobs durant les congés pour financer leurs études se voient aujourd’hui dans l’obligation de se désister pour aller vacciner….

Notre syndicat apporte son soutien à l’action menée aujourd’hui à 14 heures sur Paris par l’intersyndicale de l’AP-HP. La CNI Coordination Nationale Infirmière déplore une fois de plus le manque d’écoute et de reconnaissance dont témoigne le ministère de la santé, mille fois réitérées nos demandes et nos alertes n’ont pas été entendues ! « Il n’est jamais trop tard pour bien faire… »  tel est le message que nous souhaitons adresser aujourd’hui à Mme Bachelot.

La Coordination Nationale Infirmière appelle les pouvoirs publics à entendre les acteurs de la santé afin de prendre en compte les réalités de terrain.

Nathalie DEPOIRE Présidente CNI Coordination Nationale Infirmière

Contact Presse : 06 64 41 78 65

S’inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

 

Envoyer cet article