Infirmière et infirmier en colère vis a vis de la presse, des médias, des politiques.

0

Lettre aux manipulateurs du XXI siècle

On a cru longtemps que la presse représentait le 6ième pouvoir mais que dire aujourd’hui… des grands guignols de l’opinion publique !

D’un coté on nous abruti d’émissions TV avilissantes, laissant à supposer que le Français a un QI au moins égal à celui d’une poule et de l’autre des émissions pseudo socio politique moraliste qui nous expliquent la déchéance de la planète, de la société et de l’homme …

Les gourous de la communication sont en places, comme des évangélistes de tous poils, ils veulent imposer, leurs visions et leurs théories à deux balles. Quelle plaisanterie !

Et pourtant, il faut se rendre à l’évidence, et nous pouvons le constater tous les jours, qui tire les ficelles de l’information ? Existe-t-il une entente amiable entre tous les pouvoirs politiques, tous bords confondus, pour museler les français de la base ?

Rien de plus facile que de parler d’une profession au travers de faits divers tragiques mais il est bien plus difficile d’analyser les difficultés d’une corporation qui entraînent ces accidents dramatiques. Le sensationnel est de mise !

Le métier de journaliste avait, à mes yeux, un rôle majeur, apporter des données partiales, objectives et mener des enquêtes d’investigation et non pas de superficialité, pas de people dans les métiers de la France d’en bas…

Aujourd’hui, les infirmières et infirmiers, quel merveilleux métier, mais bon ça ne fait pas la une, on préfère le foot, c’est plus vendeur.

Et puis elles embêtent qui ?

Personne, elles sont toujours dans les hôpitaux, cliniques, maisons de retraite à bosser, elles sont réquisitionnées, encore un peu nonnes et certainement encore plus connes…

Mais que doivent-elles faire pour être entendues et que leurs problèmes soient relayés ?

La ferme des infirmiers et infirmières en Corrèze ? Le juste prix de l’injection ? Les JO du changement de couches ?

Des actions chocs… blocus des terminaux pétroliers, épandage de lisier à l’Elysée, enlèvement de la ministre de la santé ? (non, il faudrait en plus l’écouter… !).

Mesdames, Messieurs, les journalistes, réveillez-vous, vous serez et nous serons des futurs malades, et quand l’infirmier ou l’infirmière, qui aura 60 ans, vous dira vous savez j’ai un bac plus trois, je suis payé au smic, je dois tenir compte du retour à l’équilibre du budget de mon établissement, j’ai mal au dos,  je ne peux pas vous écouter, je dois décaler les soins que vous méritez, faire des commandes de matériels et comprimés au moindre coût, (eBay peut être !), je vous conseille de prendre directement rendez-vous avec les pompes funèbres, avec eux au moins vous pourrez trouver un arrangement financier ! Ou alors appelez M. champion du monde, vous avez tellement fait pour lui…. Parce que moi je suis au bord du gaz !

La situation est préoccupante, la santé est malade, nos décideurs semblent penser que l’hôpital est une entreprise qui doit générer des intérêts… mais il faut les prévenir… ce n’est pas possible. Je leur propose de fermer sur le champ les hôpitaux, cette gestion comptable est incompatible avec des soins.

Alors arrêtez le clientélisme et venez regarder de plus près ce qui ce passe, revenez à vos valeurs et informez-nous correctement.

Une infirmière écœurée…

S’inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

Envoyer cet article