Catégorie A et retraite des infirmières et infirmiers. Quelques euros pour cinq ans de plus.

0
Écrit par CNI Coordination Nationale Infirmiere
07-04-2010
Le sort de la profession infirmière dans les mains du Législateur !

Mobilisée depuis plusieurs semaines, la CNI Coordination Nationale Infirmière poursuit son combat pour la reconnaissance de la filière infirmière.
Même si la mobilisation est encore limitée au regard des enjeux, la CNI continue à dénoncer avec force l’injustice dont est victime notre filière. …

En effet, à l’aube des débats de la réforme des retraites pour toutes les catégories professionnelles, c’est la suppression de la reconnaissance de notre pénibilité professionnelle qui est programmée au travers de l’article 30, ajouté à la hâte dans la Loi de modernisation sociale qui sera présentée à l’Assemblée Nationale ces 7 et 8 avril 2010.

Les infirmières et infirmiers, celles que Nicolas Sarkozy qualifiaient encore début 2009 « d’héroïnes du quotidien » n’acceptent pas. Ce n’est pas uniquement le recul de leur retraite qui les choque, c’est surtout le mépris que traduit cette précipitation à légiférer leur pénibilité sans que celle-ci soit discutée.

« On ne peut pas tout avoir » s’exclamait P. Méhaignerie à leur propos. Reste à définir le  « tout » lui répond la CNI Coordination Nationale Infirmière : quelques euros supplémentaires, ne reconnaissant en rien leur niveau de compétences (grade Licence) et leurs responsabilités, peuvent-ils définir une contrepartie ?

Ce recul de l’âge de départ correspond en fait à un moyen d’autofinancer une revalorisation attendue depuis 20 ans avec l’espoir de « garder de braves petits soldats fidèles au poste » Mais les pouvoirs publics occultent une donnée essentielle de cette équation : les conditions de travail actuelles poussent les infirmiers et infirmières à fuir l’hôpital plutôt qu’à y rester après 55 ans ! Parallèlement aux actions, la CNI Coordination Nationale Infirmière multiplie les rendez-vous auprès des députés et des sénateurs afin d’exposer les attentes et les préoccupations des professionnels tout en s’appliquant à exposer la réalité du protocole de revalorisation bien éloignée des 2.000 euros annuels annoncés par Mme Bachelot.

Dans ce cadre, la

CNI Coordination Nationale Infirmière a été auditionnée le 30 mars par la Commission des affaires Sociales du Sénat et le 6 avril par la Commission des Lois.

Plus que jamais, l’heure est à la mobilisation.

Les infirmiers, infirmiers spécialisés, cadres de santé répondent en permanence présents, dimanches, week-end et fériés, nuits et ce, quel que soit leur secteur d’activité public ou privé.

En conséquence un classement en  « catégorie  sédentaire » est inacceptable !

Nathalie DEPOIRE Présidente Contact presse : présidence 06 64 41 78 65 Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

S’inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

Envoyer cet article

Dernière mise à jour : ( 07-06-2011 )