Acide hyaluronique AH pansement crème compresses cicatrisation Ialuset Hydro Genevrier

0

Références bibliographiques : Cf. Revue Annales de dermatologie et de vénéréologie « Acide hyaluronique » Tome 137 supplément 1 – avril 2010

Ci-joint, lexique de la revue Annales de dermatologie et de vénéréologie « Acide hyaluronique » Tome 137 supplément 1 – avril 2010

LEXIQUE DU SUPPLEMENT 1 – AVRIL 2010 DES ANNALES DE DERMATOLOGIE ET DE VENEREOLOGIE « ACIDE HYALURONIQUE »

Appareil de Golgi : organite des cellules biologiques. Il joue un rôle majeur dans le processus d’exocytose, puisqu’il fait l’intermédiaire entre le réticulum endoplasmique et la membrane plasmique. Il régule le transport vésiculaire et se charge de modifier les protéines par glycosylation, sulfatation…

Il est composé de deux faces : le site cis, face d’entrée des protéines sécrétées par le réticulum et le site trans, face de sortie des vésicules.

Apoptose : processus par lequel des cellules déclenchent leur auto-destruction en réponse à un signal.

Autocrine : qualifie un messager chimique (hormone) qui agit sur la cellule même qui l’a produit. Il s’agit d’un mode d’expression dans le cadre des épithéliums glandulaires.

Caspases : groupe de cystéine-protéases qui jouent un rôle essentiel dans les phénomènes d’apoptose, de nécrose et d’inflammation.

CD44 : la molécule CD44 est une glycoprotéine transmembranaire présentant de multiples isoformes : une isoforme standard (CD44s) et de nombreuses isoformes variantes (CD44v), générées par l’épissage alternatif d’exons variants.

Cette molécule est surtout connue pour jouer un rôle dans l’activation des lymphocytes et dans la réponse immunitaire. Sa fonction de récepteur de principal récepteur de l’acide hyaluronique a également été très étudiée.

Cellules de Langerhans : cellules dendritiques disséminées au sein des autres cellules de l’épiderme (kératinocytes). Elles sont capables de phagocytose (ingestion et destruction de particules étrangères et de micro-organismes ayant pénétré dans la peau). Leur fonctionnement est intégré au système immunitaire : elles sont activées par les anticorps et activent elles-mêmes les globules blancs du type lymphocyte T auxiliaire, qui jouent un rôle immunitaire majeur. Elles interviennent également dans les réactions allergiques cutanées.

Chémokine : Terme générique, contraction de chemotactic cytokine, regroupant une cinquantaine de protéines de 8 à 10 kDa produites par de nombreuses cellules et régulant le chémotactisme des leucocytes, l’angiogénèse, l’hématopoièse et les phénomènes inflammatoires.

Covalence : liaison entre deux atomes partageant une ou plusieurs paires d’électrons.

Cutis laxa : dermatolysie. Groupe de maladies génétiques rares des tissus conjonctifs lesquels deviennent inélastiques et plissés.

Cystéine-protéases : peptidases qui ont en commun un mécanisme catalytique qui implique un acide aminé cystéine présent dans la triade catalytique.

Dalton : Unité de masse souvent utilisée par les biochimistes, le dalton, qui est la masse d’un atome d’hydrogène, vaut 1,67 × 10—24 g. Il est symbolisé par Da ; le kilodalton s’écrit kDa.

Dendrite : prolongement du corps cellulaire des neurones dont il partage les organites. Porte d’entrée du neurone.

Diapédèse : migration des éléments sanguins (en particulier les globules blancs) hors des capillaires (petits vaisseaux sanguins).

Diholosides (disaccharide): sucres formés par deux oses (sucres simples non-hydrolysables).

Epissage : processus par lequel les ARN transcrits à partir de l’ADN génomique peuvent subir des étapes de coupure et ligature qui conduisent à la suppression de certaines régions dans l’ARN final.

Exocytose : mécanisme par lequel la cellule libère de larges biomolécules à travers sa membrane.

Exons : parties transcrites des gènes qui codent des protéines. De manière générale, les gènes sont constitués d’une suite d’exons et d’introns alternés.

Extravasation (n.f) : épanchement d’un liquide organique hors de son contenant naturel.

Filaggrine : protéine clé de la barrière épidermique.

Glycosaminoglycanes ou glycosaminoglycannes (GAG) : La substance fondamentale est constituée de chaînes de glycosaminoglycanes sulfatés (GAGs) ou non. Les GAGs se lient de façon covalente à une protéine centrale pour former des protéoglycanes. Les protéoglycanes à leur tour sont capables de s’agglutiner, sans créer de liaison covalente, autour d’une molécule d’acide hyaluronique (GAG non sulfaté) pour former des complexes de protéoglycanes, qui peuvent être aussi gros qu’une bactérie (500 à 600 nm de large / 4 μ de long).

Tous les GAG diffèrent par la nature de leur séquence disaccharidique et la longueur de leur chaîne. Ils se subdivisent en : – GAG non sulfaté: l’acide hyaluronique, constituant majeur de la substance fondamentale, – GAG sulfatés : les chondroïtines-sulfate, la dermatane-sulfate, la kératane-sulfate, l’héparane-sulfate et l’héparine.

Hématopoïèse : processus physiologique permettant la création et le renouvellement des cellules sanguines ou hématocytes.

Hyaluronidases : une classe d’enzymes qui dégradent les acides hyaluroniques.

Hypoxie : oxygénation insuffisante des tissus.

Intégrines : récepteurs d’adhésion cellulaire, protéines transmembranaires dont l’une des extrémités interagit avec les matières situées à l’extérieur de la cellule, l’autre extrémité interagissant avec des constituants intracellulaires.

Isoformes : des protéines isoformes ont des séquences peptidiques proches et la même fonction biologique. Elles sont soit le résultat de l’épissage alternatif d’un même gène, soit de l’expression de plusieurs gènes homologues dont leurs séquences ont divergé (allèle).

Leptine : hormone peptidique qui régule les réserves de graisses dans l’organisme. Elle n’est pas une hormone au sens strict car elle n’est pas produite par une glande endocrine, mais elle fonctionne comme une hormone qui régule l’appétit en contrôlant la sensation de satiété.

Ligand : atome, ion ou molécule portant des fonctions chimiques lui permettant de se lier à un ou plusieurs atomes ou ions centraux.

Lysosome : organites cellulaires de 0,2 à 0,5 microns présents dans le cytosol de toutes les cellules eucaryotes animales, à l’exception des hématies (« globules rouges »)[1]. Ils ont pour fonction d’effectuer la digestion intra-cellulaire (ou extra-cellulaire via exocytose dans le cas des chondroblastes, ostéoclastes et macrophages) grâce à trois types d’enzymes : des lipases, des protéases et des osidases. La membrane lysosomale contient des protéines de transport, des pompes à protons pour l’hydronium (protons H+) et des canaux ioniques spécifiques aux ions chlorures Cl-. Ces pompes à protons et ces canaux ioniques permettent le maintien à l’intérieur des lysosomes d’un pH compris entre 3,5 et 5, indispensable au fonctionnement des hydrolases acides qu’ils contiennent[2]. Les lysosomes sont formés dans l’appareil de Golgi.

Mésenchyme : tissu de soutien embryonnaire à l’origine de diverses formes de ces tissus chez l’adulte. Avec sa fonction mécanique de remplissage, il donne la forme à l’organe et le maintient en place. Il joue aussi un rôle métabolique : de nutrition et d’échanges.

Motilité (n.f) : capacité qui permet le mouvement.

Opioïde : substance opiacée de synthèse ou peptidique dont les effets sont similaires à ceux de l’opium sans y être chimiquement apparentés. Les opioïdes exercent leurs effets par stimulation directe ou indirecte des récepteurs opiacés.

Ostéoblaste (n.m) : forme jeune de cellule osseuse qui participe à l’ossification et se transforme en ostéocyte.

Paracrine : régulation faisant intervenir des signaux échangés par des cellules voisines.

Péricyte : cellule possédant de longs prolongements cytoplasmiques.

Phylogénétique : Une classification phylogénétique suppose que l’on regroupe les êtres vivants en fonction de leurs liens de parenté (proches génétiquement).

Protéoglycane ou protéoglycanne est la combinaison d’une protéine et d’un glycosaminoglycane.

Rhéologie : l’étude de la déformation et de l’écoulement de la matière sous l’effet d’une contrainte appliquée.

Sphingolipide : Lipide complexe, comprenant une molécule appartenant à la famille des alcools, abondant dans le système nerveux.

Stratum granulosum : (couche granuleuse) constitue la dernière couche de cellules nucléées de l’épiderme. Elle est formée, selon l’importance de la kératinisation, de 1 à 4 assises cellulaires aplaties dont le noyau commence à dégénérer. Le cytoplasme des cellules de la couche granuleuse contient des grains de kératohyaline (précurseur de la kératine) et des lipides qui permettent l’élaboration de la graisse épidermique

Turgescence : état cellulaire associé à l’élongation de la cellule végétale, causée par une entrée d’eau dans cette même cellule.

Ubiquitaire : une molécule est dite ubiquitaire lorsque celle-ci peut se retrouver dans tous les types cellulaires. Leur ubiquité vient du fait qu’elles sont essentielles à la survie des cellules.

Urokinase : L’urokinase (Abbokinase), aussi appelée Activateur du Plasminogène de type urokinase (uPA) est une sérine protéase. L’urokinase a été à l’origine isolé de l’urine humaine, mais elle est aussi présente ailleurs, comme dans le sang ou dans la matrice extracellulaire. Son substrat physiologique est le plasminogène qui est la forme inactive de la plasmine. L’activation de la plasmine déclenche une cascade protéolytique, qui en fonction de l’environnement participe à la thrombolyse ou la dégradation de la matrice extracellulaire.

VEGF -Vascular Endothelial Growth Factor : facteur de croissance de l’endothélium vasculaire. Protéine dont le rôle dans l’organisme est de déclencher la formation de nouveaux vaisseaux sanguins (angiogenèse) qui est nécessaire pour accompagner la croissance des tissus et le développement des organes du corps humain. Agit essentiellement sur les cellules de l’endothélium vasculaire, même s’il a une action sur un nombre limité d’autres cellules (comme lors de la stimulation de la migration monocyte/macrophage). In vitro, VEGF stimule la prolifération et la migration des cellules endothéliales. VEGF augmente également la perméabilité microvasculaire et il est parfois nommé facteur de perméabilité vasculaire.

Versicane (n.f) : protéoglycane à chondroïtine sulfate, est l’une des principales composantes de la matrice extra-cellulaire, qui fournit une matrice lâche et hydratée au cours des étapes-clés du développement et de la maladie. La versicane participe à l’adhésion, à la prolifération et à la migration cellulaires, de même qu’à l’angiogenèse; elle joue donc un rôle essentiel dans la morphogenèse et le maintien de l’intégrité tissulaire.