Retraites perte d'acquis

0

RETRAITES = KESAKO ??????

En mai et juin, des centaines de milliers de personnes ont usé leurs chaussures dans les rues de Marseille, Bordeaux, Montpellier, Limoges, Evreux………Paris. Pourquoi??? Sans doute pour rien! Le Gouvernement, le Parlement et certains syndicats n’ont rien entendu des demandes des manifestants. Le Premier Ministre a constaté que ” ceux qui manifestaient étaient contre la réforme, mais ceux, qui ne manifestaient pas étaient pour la réforme des retraites” Aussi a t’il jugé utile d’envoyé un courrier à chaque foyer français pour convaincre que la réforme était sage, juste, sociale et solidaire. M.Mattéi, Ministre de la Santé a également envoyé un courrier, aux agents de certains centres hospitaliers et les Agences Régionales d’Hospitalisation ont reçu des mallettes “KIT retraite” à distribuer aux hôpitaux dont ils ont la responsabilité. Ceci, afin d’informer le personnel….. Cela ressemble à une grande campagne publicitaire pour vendre un produit qui ne correspond pas à la demande… mais silence sur le coût de cette campagne médiatique et sur l’origine des fonds utilisés. Sans doute était-il nécessaire de réformer le système des retraites. D’autres avant, avaient essayé, reculé, et remis le dossier au fond du tiroir…! Mais n’aurait-il pas fallu un peu plus de temps, de négociations et une remise à plat complète de tous les systèmes de retraite: privé, public, régimes spéciaux, politique…… Ne pas considérer la réforme des retraites comme une course de sprint aux jeux olympiques. Les syndicats minoritaires qui ont signé cet accord ont fait preuve d’une grande irresponsabilité envers les Français, mais c’est une habitude chez eux! Ne pas écouter la base et négocier en douce avec les différents gouvernements de gauche ou de droite en contre partie de …?

A l’heure où ces lignes sont écrites, la loi est en débat au parlement. Il y aura sans doute quelques aménagements, mais qui ne modifieront pas l’esprit de cette réforme. Elle sera votée par une minorité de députés car les sièges vides sont nombreux à l’Assemblée Nationale pour “régler” l’avenir des retraites.

Ce qui est maintenu de l’ancien système de retraite, pour les personnels de la fonction publique hospitalière:

– Le taux plein de liquidation:75% du dernier salaire, – La possibilité de partir à 55 ans pour les personnels ayant 15 ans de service actifs, mais avec un taux de pension moindre, si le nombre d’années de cotisation est inférieur à celui en cours l’année de votre départ. – Le traitement de référence: celui que vous aurez perçu pendant les six derniers mois précédant votre départ, – Les majorations pour enfants 10% pour avoir élevés trois enfants, 15% pour quatre enfants et plus, – La bonification d’un an par enfant né avant le 1er janvier 2004* – Le taux de cotisation 7.85% de votre traitement indiciaire*

– La possibilité de partir après 15 ans de bons et loyaux services pour les femmes ayant élevé trois enfants et plus.

Les* renvoient à des modifications subtiles:

– La bonification d’un an par enfant est étendue aux papas qui auront interrompu leur activité professionnelle pendant une durée????? fixée par décret ultérieurement. Pour les parents dont les enfants naîtront après le 1er janvier 2004, cette bonification par enfant, sera remplacée par une validation des années d’interruption d’activité, pour s’occuper de l’enfant, jusqu’à trois ans. Il faudra donc s’arrêter de travailler pour en bénéficier!

– Le taux de cotisation est effectivement maintenu à 7.85% du traitement indiciaire. Mais à partir du 1er janvier 2004, il est institué une cotisation obligatoire pour un régime complémentaire par répartition et par point. Ce fonds sera alimenté par un prélèvement à part égale entre employé et employeur, sur une partie des primes, à hauteur de 20% du traitement indiciaire. A l’heure présente, nous n’avons aucune information sur les primes concernées: indemnité de résidence, heures supplémentaires, primes de dimanche….?

Ce qui sera modifié

– La durée de cotisation (cf. ci-dessus) – L’instauration d’une décote par année manquante. Elle s’appliquera à partir de 2006, pour atteindre progressivement 2% en 2009 puis elle augmentera jusqu’à 5% pour un alignement sur le privé. Elle sera plafonnée à cinq ans maximum, et ne s’appliquera plus quelques soient les annuités manquantes quand l’age limite de départ sera atteint. Pendant la période transitoire, la décote s’appliquera en fonction d’un “age butoir” inférieur, pour atteindre la limite d’age en 2020. – La surcote, applicable des 2004, pour les fonctionnaires sédentaires qui souhaiteraient rester plus longtemps en service au-delà des quarante annuités pour améliorer leur retraite. Elle sera de 3% par annuité supplémentaire dans la limite de cinq ans maximum. – Le dépassement de la limite d’age sera possible, dans la limite de 2.5ans maximum pour permettre d’approcher au plus près le taux plein Ces deux mesures nous semblent contradictoires. En effet, il serait possible de bénéficier d’une surcote pour cinq ans, maximum mais la limite d’age ne serait reportée que de 2.5ans??? – L’indexation alignée sur les prix et non plus les salaires des actifs. Sans doute une perte du pouvoir d’achat pour les retraités à moyen terme. – La pension de réversion des hommes alignée à la hausse sur celle des femmes – Les années passées, dans d’autres régimes, seront validées et prises en compte pour le calcul de la décote. Mais uniquement à partir de 2008! – Les périodes de temps partiels seront prises en compte comme des périodes plein-temps pour le calcul de la décote – Les années d’études supérieures avec diplôme pourront être prises en compte par le rachat des années correspondantes dans la limite de 3 ans. Au moment ou il est question de rallonger les études d’infirmières, avec une année commune pour toutes les professions médicales et paramédicales. – Une année de bonification sera octroyée pour dix ans de services actifs hospitaliers. Elle sera prise en compte pour la durée d’assurance. La CNI demandait une année de bonification pour cinq ans de travail actifs et celles-ci ne seront prises en compte qu’en 2008

– Pour les aides-soignantes, il est prévu que leurs primes seront intégrées dans le traitement à hauteur de 10% de leur traitement. Cet engagement reste à confirmer dans la prochaine loi de finances.

Voici dans l’état actuel de nos connaissances, le résumé de la réforme des retraites.

Donc, si nous voulons percevoir une retraite à taux plein soit 75% DE NOTRE DERNIER SALAIRE, il faudra cotiser 40 ans à partir de 2008.
De 2004 à 2008 la durée des annuités requises, et, permettant une retraite à taux plein s’allonge d’un semestre par an,

Que dire de cette reforme ? Est-ce une avancée sociale comme on essaie de nous le faire croire ? Est- il nécessaire d’opposer public et privé? Et de considérer les fonctionnaires comme des nantis. En tant qu’infirmières hospitalières (comme celles exerçant dans le secteur privé), nous sommes obligées d’assurer la continuité du service 24h/24. Ce qui veut dire continuer au-delà de notre temps de travail, si notre relève n’est pas présente, revenir sur des repos, fériés…Jongler avec les plannings pour assurer la continuité des soins, après-midi, matin, nuit, remplacer au pied levé, faire passer notre vie personnelle après notre profession, ne jamais être assuré de pouvoir prendre trois semaines de congés annuels comme nous le désirons….

Tous les médias, depuis plusieurs mois, constatent la pénurie d’infirmières. Celle ci entraîne les soignants à travailler dans des conditions de sécurité limite avec une totale responsabilité envers les patients. Notre conscience professionnelle permet d’éviter les accidents mais au prix d’un stress permanent. Ces conditions de travail difficiles, pénibles provoquent des départs anticipés d’infirmières exténuées. La modification du régime des retraites va intensifier cette pénurie, car un certain nombre souhaitaient travailler au delà de 55 ans pour divers raisons : études des enfants, souhait de se maintenir dans la vie active, intérêt pour la profession…… Mais en prenant connaissance de la réforme certaines ont anticipés leur départ. Qui va les remplacer ?

Ne va t’on pas dissuader les éventuelles vocations avec cette réforme des retraites ? – Comment travailler pendant 40ans et plus, quand elles commenceront à exercer à 23ans?

– Comment continuer à prendre soin des patients, les manipuler lorsque nous aurons 60…. 65ans, malgré nos propres souffrances, nous devrons soigner et peut- être demander aux patients de nous aider! Cette réforme n’est ni juste, ni sage, ni sociale, ni solidaire. Elle ne tient pas compte d’autres solutions possibles pour éviter le soi-disant effondrement du système des retraites.

Pour rappel, voici ce que la CNI demandait pour les soignants

– Reconnaissance de leur engagement et de leur contrainte – Octroi de la bonification du 5ème comme pour les policiers et les surveillants de prison – Possibilité de partir à 55 ans pour tous, y compris les Cadres, qui ont travaillé 15 ans dans les services de soins – Maintien du taux de paiement par annuité à 2% (Public) – Intégration des primes dans le salaire avec grille salariale linéaire – Temps d’étude considéré comme travail effectif – Calcul de la retraite : 75% du dernier échelon acquis

– Bonification identique pour les Hommes / Femmes ayant élevé trois enfants et plus !

Entre nos demandes et la réalité il y a quelques différences. Mais cette réforme n’est elle pas un leurre ?. Car, il me semble que l’idée principale et non exprimée, c’est que nous puissions toujours partir à 55 ans quelques soient nos annuités mais avec un taux de pension moindre, qui sera indexé sur les prix et donc ne suivra pas l’évolution des salaires comme à présent. C’est un retour en arrière, une perte d’acquis historique et un nouveau choix de société !

D.Hengen

ISP Martigues

Vice présidente CNI

Tableau récapitulatif d’évolution du nombre d’annuités de la limite d’âge butoir et du taux de décote

  2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2020
Annuités requises 38 38,5 39 39,5 40 40,25 40,5 40,75 41 41 41,25 41,5 41,75
Age butoir sédentaire     61 61,5 62 62,25 62,5 62,75 63 63,25 63,5 63,75  
Age butoir actif     56 56,5 57 57.25 57,5 57,75 58 58,25 58,5 58,75  
Taux de décote %     0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5  
Valeur de l’annuité 1,974 7,948 1,923 1,899 1,875 1,863 1,852 1,84 1,829 1,829 1,818 1,807 1,796