S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

Close

Réforme du statut des infirmières : Question de justice, de choix ou de mensonges ?

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Nathalie DEPOIRE   
15-12-2009

Réforme du statut des infirmières interview rtl bachelotQuestion de justice, de choix ou de mensonges…. ?

A l’heure des préparatifs de Noël, Mme Bachelot emballe sa réforme d’un papier… d’affichage !
En effet, interviewée ce matin sur RTL, elle a dévoilé les propositions concernant la réforme du statut des infirmiers et des infirmières de la fonction publique hospitalière.
A la question du journaliste, sur les salaires infirmiers, elle répond : « Les infirmières seront revalorisées de 2500 € /an soit l’équivalent d’un 13ème mois ». ...

Inadmissible et indécent d’entendre cette déclaration pour notre organisation syndicale qui travaille depuis des années pour faire reconnaître notre profession et obtenir des salaires en adéquation avec nos compétences et  nos responsabilités.
Inadmissible et indécent pour la profession qui aujourd’hui est en grande souffrance dans nos hôpitaux.
Qu’en est il réellement ?


Question de justice :
Les infirmiers et infirmières voulaient une vrai licence ils ont obtenu un grade Licence qui n’ouvre pas les mêmes droits en terme d’études et de perspectives.

Question de choix :
Les nouveaux diplômés de 2012 n’auront plus le choix ils auront la retraite d’office à 60 ans.
Les « déjà diplômés » eux seront revalorisés de quelques euros s’ils souhaitent conserver leur départ en retraite à 55 ans.

Question de mensonges :
Un vrai mensonge de déclarer que chaque infirmier sera revalorisé de 2500 € / an avec la catégorie A.

Cette annonce choc ne concernera seulement qu’une poignée d’infirmiers et d'infirmières, qui dans l’éventualité d’une fin de carrière très tardive,  pourraient atteindre le dernier échelon de la classe supérieure et ainsi obtenir ce 13ème mois.

Les véritables chiffres parlent d’eux-mêmes :
Une augmentation brute de 45 € par mois en début de carrière et de 114 € par mois en fin de carrière dans l’hypothèse d’un passage en catégorie A.
Une augmentation brute de 38 €  par mois en début de carrière et de 79 € par mois en fin de carrière si les infirmiers et infirmières diplômés d’avant 2012, décident de partir à 55 ans.
La réalité des propositions est bien éloignée d’un 13ème mois, ne croyez-vous pas Mme Bachelot ?

De plus, le critère de la pénibilité passe à la trappe. Doit-on supposer qu’avec un peu plus d’argent le métier devient moins pénible ? La catégorie A est fonction du statut et ne doit pas être un critère pris en compte pour organiser la réforme des retraites des infirmiers et infirmières.

Ce chantage à la catégorie A contre un allongement des départs en retraite est une provocation de plus.

Exercer à l’hôpital ne séduit plus ! Il est urgent de restaurer l’attractivité de notre profession et cela passe par une réelle revalorisation salariale et une amélioration des conditions de travail.

Mme Bachelot parle de la plus forte augmentation de salaire jamais connue par la profession et pour cause nous avons été régulièrement oubliés !
Est-ce pour autant à nous de régler l’addition ?

La réforme représente en effet un coût d’investissement mais en réalité elle se trouve autofinancée par l’allongement de la carrière !

Les températures hivernales de ces derniers jours ont jeté un froid sur la France mais là, cette annonce mensongère, ne peut que glacer et crisper tous les professionnels de santé !

Les chauffeurs routiers ont menacé, ils ont obtenu.
Doit-on à notre tour menacer pour enfin faire entendre notre voix ?


Nathalie DEPOIRE
Présidente CNI
Contact presse : 06 64 41 78 65

S'inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La newsletter de la CNI Coordination Nationale Infirmière vous informe sur l'actualité professionnelle.


Recevoir du HTML?

 

BFM - Flash Actu

La Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public Profession banquier, Vocation solidarité La Banque Fédérale Mutualiste (BFM) est la Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public. En créant la BFM, des mutuelles de la Fonction publique ont eu l'ambition de créer une banque citoyenne, conjuguant valeurs mutualistes et services bancaires performants. Depuis plus de 20 ans, la BFM distribue son offre bancaire via le réseau de la Société Générale, comptant plus de 2 200 agences. Les personnels de la Fonction publique et du Service public accèdent ainsi à une offre dédiée en matière de prêt et d'épargne, assortis de conditions tarifaires préférentielles. Aujourd’hui, ce sont ainsi près de 800 000 clients qui bénéficient quotidiennement des prestations BFM, complémentaires de l'offre Société Générale. Avantages du compte BFM : → Le Service Bienvenue : prise en charge gratuite des démarches de changement de domiciliation bancaire. Devenir client BFM, c’est simple…on s’occupe de tout ! → Remboursement des frais de transfert(1) de vos comptes (épargne et/ou titres) détenus dans votre banque d’origine. → Un numéro de compte bancaire toujours identique, même si vous changez d’agence. Pratique en cas de déménagement ! → Un conseiller dédié BFM, pour un accueil et un suivi personnalisé en agence. → Votre banque à distance via Internet, Internet mobile, téléphone, SMS… (1) Dans la limite de 100 € pour l’ensemble des comptes transférés. Voir conditions en agence Société Générale. Prêt personnel « BFM Liberté » Avec les prêts personnels BFM Liberté(1), dîtes oui à toutes vos envies ! Des taux à partir de 4,40% T.E.G.(3) hors assurance D.I.T.(2) facultative Un concentré d'avantages financiers → Taux fixe avantageux parmi les plus bas du marché (voir le barème). → Aucuns frais de dossier ou de gestion. → Assurance DIT(2) négociée au meilleur taux auprès de CNP Assurances : 0,28 % sur capital initial. → Prêt jusqu’à 8 ans. En totale liberté → Vous déterminez le montant et la durée du prêt en fonction de vos besoins. → Liberté d'utilisation de votre prêt. → Possibilité de franchise partielle de 3 mois, remboursement du capital à partir du 4ème mois. C’est également le produit idéal pour regrouper vos crédits (baisse de vos remboursements mensuels, meilleur taux, meilleure répartition de la durée de vos engagements). Exemple : Pour un prêt de 2 000 € sur 12 mois, vous remboursez 170,77 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 49,24 € pour un TEG annuel fixe de 4,40%. (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,47 €) (1) Prêt personnel non affecté consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur (Société Coopérative de Banque au capital de 66.707.892 EUR. RCS Créteil B 326 127 784. Siège :1, place des Marseillais - 94227 Charenton-le-Pont Cedex ) et d'être titulaire d'un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale (S.A. au capital de 725 909 055 euros - Siège social : 29, boulevard Haussmann – 75009 Paris - 552 120 222 RCS Paris). Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d'acceptation de l'offre de prêt, pour y renoncer. (2) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros. Contrat d’assurance Groupe - Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie et Incapacité Totale de Travail – souscrit par la BFM en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 804 13 72) auprès de CNP Assurances, société régie par le Code des Assurances et MFPrévoyance, union de mutuelles soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité. Ce contrat est présenté par la Société Générale en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 702 24 93) (3) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d'une durée de remboursement comprise entre 6 et 12 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d'une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. Livret d’épargne « BFM Avenir » La Banque Fédérale Mutualiste propose un livret d’épargne original : le Livret BFM Avenir qui associe une épargne performante et la possibilité de bénéficier d’un prêt à la consommation à taux décoté. Accessible à partir de 10 € de dépôts, le Livret BFM Avenir offre une rémunération de 3%(1), pour les 3 000 premiers euros versés. Au-delà de ce montant, et sans plafond sur les dépôts, le taux du livret BFM Avenir est de 2,55%(1) brut. Le Livret BFM Avenir permet de solliciter, sous conditions, un prêt personnel, sans frais de dossier, à taux avantageux à partir d’un certain montant d’intérêt acquis (voir conditions sur le site www.bfm.fr). (1) Taux nominaux annuels bruts, en vigueur au 16/02/2009 susceptibles de variation. Intérêts soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire forfaitaire et aux prélèvements sociaux. Offre dédiée aux moins de 35 ans « BFM Energie » Parce que vous voulez des services qui vous ressemblent, la BFM a développé une offre spécifique pour les moins de 35 ans : → Des offres de bienvenue : o 20 €(1) offerts à l’ouverture de votre compte BFM à la Société Générale. o 10 €(2) offerts à l’ouverture de chacune des solutions d’épargne proposées par la BFM et la Société Générale : Livret BFM Avenir, Livret A, LEP et LDD + 10 €(2) en cas de mise en place simultanée du service de virement programmé Déclic BFM. → 50 % de réduction sur les 2 premières années de cotisations sur de nombreux produits (Jazz, Piano, Messalia…) Prêt Spécial Démarrage(3) à un taux très attractif (à partir de 3,85% TEG.(4) hors assurance D.I.T.(5) facultative) pour financer tous vos projets (hors immobilier) : achat d’un véhicule, équipement, travaux, vacances… Exemple : Pour un prêt de 3 000 € sur 24 mois, vous remboursez 123,99 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 119,76 € pour un TEG annuel fixe de 3,85% (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,70 €) → Pour votre logement, profitez des solutions Pack Install’ : o Location : avance du dépôt de garantie + la banque se porte caution(6) pour vous auprès du bailleur. o Acquisition : prêts immobiliers avec prise en charge des frais de dossier(6) par BFM, cautionnement du prêt par votre mutuelle(6) et assurance emprunteur attractive. (1) Prime non cumulable avec d’autres offres Société Générale. • (2) Dans le cadre d’une entrée en relation. • (3) Prêt personnel consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur et d'être titulaire d'un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale. Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d'acceptation de l'offre de prêt, pour y renoncer. (4) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d'une durée de remboursement comprise entre 6 et 24 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d'une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. (5) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros (6) Voir conditions en Agence. Solutions immobilières Bénéficiez des taux de prêt avantageux de la Société Générale, d’un taux d’assurance préférentiel négocié par la BFM auprès de CNP Assurances et de la possibilité de faire cautionner votre prêt par votre mutuelle(1) Et si vous avez moins de 35 ans, vous bénéficiez de l’offre Pack Install’ dont la prise en charge des frais de dossier(1) sur votre prêt immobilier Société Générale. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.bfm.fr. (1) Voir conditions et liste des mutuelles « caution » en Agence.

Envoyer cet article

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
dominique  - et le privé   |2010-12-23 14:44:14
je suis IDE dans le privé je travaille depuis 37 ans j'ai souvent changé de travail pour suivre mon mari je suis trop vieille depuis longtemps pour travailler dans le public (on me l'a souvent dit)
je gagne 2000 euros net et je dois travailler encore 5 ans!!!
Faure  - coincés   |2010-06-05 00:41:50
L'obligation de service minimum réduit à néant tous les efforts de protestation. Il n'y a pas de gêne importante comme pour la sncf où la prise en otage de milliers de personnes fait plier le gouvernement de peur de ^perdre des électeurs.
Toute action menée sans nuisance et sans aura journalistique sera vouée à l'échec.
C'est comme en sport. On a une équipe de hand championne du mode, d'Europe et olympique et personne n'en parle car pas médiatisé.
Nous sommes trop polies et trop respectueux pour se comporter comme des voyous; c'est tout à notre honneur mais nous n'avons rien....
fabienne61  - re: A vous de juger !   |2010-03-13 14:17:13
Théo  - Revalorisation salariale??   |2010-03-12 19:52:59
MABIRE  - A vous de juger !   |2010-03-12 12:13:18
Il y a des décennies que le personnel de la fonction publique, se plaint d?être mal rémunéré.
Les manifestations de mécontentement ne manquent pas et peu de français aujourd?hui ignorent qu?un salaire de fonctionnaire n?est pas mirobolant, pourtant les candidats aux concours pour rentrer dans la fonction publique ne manquent pas.
Sans vouloir rentrer dans le débat privé / public, pourquoi ce choix de cocon protecteur, plutôt qu?un autre qui serait soit disant mieux rémunéré, à responsabilité et qualification égales.

Après plus de 30 ans d?expérience, dans la conception et l?installation d?usine d?assemblage de carrosseries automobile, un cadre chargé d?affaire, formation universitaire en IUT + 2 ans de CNAM, gagne 3000 ? net / mois sur 12 mois.
Pour ce salaire au forfait, il fait en moyenne en début d?affaire 10 h/j pour finir à 12 h/j + le week end en fin d?affaire.
Le stress est permanent, au fil des années pour réduire les coûts, la suppression des postes périphériques au sien, lui ajoute un surcroît de travail. Cette personne est soumise à un planning avec des jalons de passages impératifs, définissant un niveau d?avancement du projet à des dates fixées à l?avance. En cours d?étude et quelque soit l?importance d?une modification, la date de lancement d?un nouveau véhicule n?est pas remis en cause, en raisons d?immobilisations financières importantes.
Le charme du métier, c?est le siège éjectable sur lequel on est assis et qui pimente la fonction.
L?industrie en France aujourd?hui, a fait de ce type de condition de travail, un standard, vécu par l?ensemble du personnel des entreprises qui n?ont pas encore délocalisé leur activité.

Conclusion :
-Temps de travail 50h à 60 h / semaine soit 220h en moyenne /mois
- 3000 ? /220 h = 13.63 ?/h

En fin de carrière une IDE cadre en prenant 35h/sem. (Normalement 32 h)
- 2811 ? / 140 h = 20.07 ?/h
STEED   |2010-03-12 20:19:48
Monsieur,
Je suis assez surpris qu'une personne comme vous avec autant de qualifications et une aussi grande experience ne sache pas écrire. Vous parlez de responsabilité mais savez vous qu'une petite infirmiére ne conçoit pas des produits mais soigne des personnes vivantes. Si avec vos qualifications, vous n êtes pas capable de revendiquer un meilleur salaire, je mets donc en doute vos compétences. De plus vous comparez un salaire début/ fin de cariére. Combiez allez vous gagner en fin de carriére. Integrez vous leur organisation de travail (nuit,jour,week end). Combiez gagnez vous lors des participations aux bénéfices. Tout cela pour vous dire Monsieur le chargé d'affaire que si vous n'êtes pas heureux dans votre travail changer sans pour autant jalouser sans cesse les autres professions. Une IDE en fin de carriére à 2300 ? oui c'est scandaleux. Pour information je suis cadre dans une entreprise du secteur privé (fabrication de meuble en kit) de formation ingénieur avec un début de carriére à 2500 ? après 8 ans d'ancienneté 3300? sur 13 mois. Beaucoup plus qu'une infirmière avec un peu moins de responsabilités et des horaires fixes mais des ennuis quand même. Merci de les respecter
Ninon - Nikon   |2010-03-13 11:02:27
Comment expliquez-vous qu'on manque d'infirmières alors ???




Si c'est si confortable...



Pourquoi est-ce la seule profession qui est désertée même en période de chômage ?


Faire une erreur dans l'industrie implique des pertes financières.

Faire une erreur d' injection peut entrainer une catastrophe irréparable, ça s'est vu récemment encore.

Ne comparez pas des stress qui ne sont pas comparables.
fabienne61  - re: re: A vous de juger !   |2010-03-13 14:19:08
fabienne61  - RE a vous de juger   |2010-03-13 14:20:06
Je crois que vous parlez de ce que vous ne connaissez pas !
En effet les responsabilités ne sont pas égales.Les conséquences de nos actes ont des conséquences vitales!
Les IDE ne terminent pas leur carrière à 2811 Euros malgrè leus 3 ans d'études et les specialisés comme moi qui suis infirmiére anesthésiste terminent à 2700 Euros pour 5 ans d'études!!!Et si un jour je vous endors ;si je fais une erreur ....!!!!!
Et en ce qui concerne le choix de travailler dans le service public ,ou le privé , il est vite fait car il existe beaucoup plus de structures publiques que privé!!!!Et dans ma profession il faut un bloc opératoire et en province la plupart des cliniques chirurgiales ferment et il reste l'hopital public.[/quote]
deprez   |2010-04-15 23:57:53
c est une blague je pense quand vous dites 35 h semaine je suis ide en chirurgie je suis tres loin des 35 h.... SANS compter les matins apres midi et les nuits dans la meme semaine pas de vie de famille pas de jours feries juste l amour de mon metier. Il se plaint avec ses 3000 euros c 'est une blague hein? C 'est pas de la carrosserie qu on soigne nous!!!!
béa   |2011-03-27 16:50:48
En effet travailler dans l'industrie française n'a rien de rassurant, face au stress du rendement et de la "productivité". Malheureusement, en tant qu'IDE ce langage fait parti de nos journées. Les coûts, le turn over des patients (pardon clients) en constante augmentation nous mettent la tête dans le guidon en permanence. Face à des protocoles drastiques, qui ne collent pas toujours avec la réalité du terrain, et les attentes des usagers : OUi les infs bossent pour des clopinettes. Reviennent sur leur congés pour pallier les arrêts maladies, pas de respect du temps partiel pour les mères de famille, et s'entendre dire qu'il faut penser aux patients (ah quand même) et rappliquer dare dare quand la direction est "coincée". Et tout ça parait normal à tout le monde (ref à notre passé de bonnes soeurs)! Je dis ras le bol! Après tout nous tendons le dos aux coups de baton, la grève oui, mais pour embêter qui?
Ne pensez pas que les employés du secteur privé sont plus mal lotis, les "bienfaits" du public ne sont plus d'actualitè depuis longtemps,( pour avoir connus les deux).
fabienne 61   |2010-03-10 10:47:01

Je suis Iade dans un petit établissement.Dans mon bloc (peu d'ibode et surtout des ide)à part les iadez et quelques ide pas de gréviste.Il y aura qd même service minimum le 11 mars et mise en repos d'office des non grévistes!!!
Ça fait un mois que j'affiche les tracts ;je leur ai photocopié le protocole LMD les tracts du SNIA,de la CGT et du CNI sont affichés en salle de repos malgré cela personne ne bouge et pire on reproche aux grévistes le fonctionnement de la journée du mars.Bel exemple de cohésion.Alors unn grand mvt de grève comme en 885 j'y etais comme ide)???plus de 8 % de syndiqués???.Les infirmières découvrent L'ONI qd on leur demande de payer.L'ONI on s'en fout;payer non.ET les grands syndicats ,ils étaient où quand l'ONI n'était encore qu'un projet.
Je pense que tant que les infirmiers ne sauront pas se prendre en charge ,rien n'avancera!!!
On ne manque pas de sources d'info ;journaux spécialisés ,syndicats sur internet les infos sont gratuites!!!Il suffit de s'y intéresser.
Alors oui les politiques ont raison de foutre de nous;pourquoi se priver ;Nous ne sommes peut-être plus nonnes ,ni bonnes ni connes ça reste à prouver.
Ps. je lis ici et là que les IADE sont des nantis et corporatistes,etc etc..mais je rappelle que nous frisons une quasi totalité de grévistes le 11 mars et que le mvt est initié par les IADE et que nous serons nombrex à Paris.(SNIA et COLECTIF IADE de la CGT!!)
Je rappelle par ailleurs que nous avons fait une spécialité qui dure 2 ans et qu'elles est ouverte à tous les ide!!!
fabienne61  - re:   |2010-03-10 10:23:29
guilbert  - re:   |2010-03-10 10:10:01
jackie marchand  - les grandes oubliées   |2010-03-05 14:15:20
Je suis infirmière à l'Education Nationale en internat . 44h hebdo dont 39h30 auprès des élèves et 3 nuits de garde . J'ai quitté la FPH il y a 10 ans . IL SEMBLE QUE LA CATEGORIE A SOIT A PRESENT UNE CERTITUDE POUR TOUTES SAUF POUR NOUS !!!!!!!!!!!! qui peut m'expliquer ?
KRIS   |2010-03-03 20:23:06
Suis d accord avec une majorité de ce que je viens de lire. Mais vous parlez beaucoup du service public ... Moi je bosse dans une maison de retraite, ou je suis souvent seule en poste IDE, et je vous assure que je me sens bien seule parfois. Je reste sans reponse sur beaucoup de sujets. Par exemple, est ce qu'une augmentation de salaire est envisagée pour nous IDE du secteur privé ? Vous vous sentez les laissés pour compte, ce que je comprend mais je vous assure que c est bien pire pour nous IDE de petite maisons de retraite. Et quand je pose mes questions à mes 2 collegues IDE , elles n en savent pas plus que moi ...
Ils nous faut du courage à tous ! Ne pas nous battre entre nous et tjr nous serrez les coudes c est le plus important je pense
marie-laurence   |2010-01-04 23:05:33
Non,les syndicats ne font pas leur travail...sinon,il y aurait plus de 8%de syndiqués et dans notre profession bafouée depuis des lustres aussi !ils ne se sont"mobilisés qu'au moment où nous avons eu l'injonction de payer pour l'ordre.
Les aides soignant sont beaucoup structurés que nous.C'est leur exemple qu'il faut suivre.Eux savent se battre.
Ni nonnes ni connes...nous sommes incapables de le prouver !
C'est un vrai mouvement des infirmiers qu'il faut..Une vrai grève des soins non urgents,la non admission des patients ,la non cotation des actes(enmilieu hospitalier et privé).Quant aux libéraux,ils doivent bosser comme des dingues pour un salaire à peine décent et une retraite à 65 ans.
Alors,maintenant..MERDE !!!!!!!!Il manque 20 000 infirmiers en france et d'ici 5 ans ce sera catastrophique !c'est maintenant que nous pouvons agir !
Nikon   |2010-03-04 11:06:56
Encore une qui reste les bras croisés à dire que les syndicats ne font rien... et sont à 8%...
C'est qui les syndicats ?
Ce devrait être toi qui tiens la banderolle et défends tes idées à la place d'attendre que les autres le fassent pour toi.
C'est la porte ouverte à ce que les cadres prennent ta représentation en mains, à travers un ordre par exemple...
Marie-Laurence   |2010-03-13 17:26:51
sabri74  - re:   |2010-03-16 13:15:29
malo   |2009-12-28 15:57:38
Mme LEBOEUF votre ordre n'a pas d'avenir car il existe contre la volonté du peuple et aller contre la volonté du peumple est un acte totalitaire
Anonyme   |2009-12-28 12:09:01
MME LEBOEUF le moins que l'on puisse dire c'est qu'aujourd'hui vous n'êtes pas très populaire chez les infirmières alors je ne vous dis pas lorsque vous aurez commencé l'inquisition et les 400000 procès contre les infirmières qui ne vous auront pas versé la "dime" alors là vous allez devenir carrèment impopulaire
Anonyme   |2009-12-21 08:40:19
Mme BACHELOT vous êtes responsable de la création de l'ordre infirmier car vous faites partie de la majorité qui voté la loi sur l'ordre Cependant ce que peut faire la loi elle peut le défaire

MME BACHELOT VOUS ETES RESONSANBLE ET SI VOUS NE FAITES RIEN DEMAIN VOUS SEREZ COUPABLE
don Quichotte  - A tout probleme il y a une solution   |2009-12-21 00:07:19
En lisant les post, on voit bien qu'il y a comme un malaise...
D'un coté une réforme attendue, voulue par les IDE, mais qui n'est pas acceptable en l'état, de l'autre des infirmier(e)s, blasés par l'immobilisme apparent de la profession, décus de combats menés pour rien, dépité de voir s'effriter peu à peu l'hôpital publique, nos conditions de travail et notre niveau de vie...
Pourtant on entend aussi un vent de révolte, une envie de changer les choses, mais qui se traduit plus par des grommellement dans les offices que par des actions (qui ne semblent servir à rien).
Alors que faire?
-Ne rien faire? c'est baisser la tete face a un chantage, accepter que l'avenir de notre profession nous échappe.
-Grève et manifestation? Déjà vu, déjà fait, avec si peu de résultat, si ce n'est un manque à gagner sur une fiche de paye déjà maigrelette pour les quelques convaincus qui iront battre le pavé.
-Innover!!!
Mettre en place de nouvelles actions. S' organiser localement, entre nous, pour faire monter la pression.
Mais pour ca il faut parler, échanger, construire quelque chose et y croire...c'est ce qu'on fait tous les jours pour nos patients, pourquoi ne pas le faire pour nous???
Si les plus motivés d'entre nous montrent l'exemple aux autres, je crois que l'ont pourra déboucher sur quelque chose de bien car nos revendications sont légitimes...
La pigeonne  - une bande de légumes   |2009-12-20 18:16:35
On est vraiment une bande de pigeon(nes), c'est quand qu'on va se reveiller, le gouvernement nous dit ouvertement je vous emmerde et nous on répond d'accord je kiff, nos actions elles sont zero, y a pas de médiatisation , y a personne qui se mobilise et ben c bien continuons comme ça et rien ne bougera. J'ai les boules d'être dans une une profession ou y a que des mous qui se sentent concernés par rien
DELOYE  - infirmiera la rfaison   |2009-12-18 23:24:58
ELLE LA BIEN RAISON ROSELYNE CAR ELLE CONNAIT BIEN LE TROUPEAU DE MOUTONS EN BLOUSES BLANCHES ............POURQUOI LEUR DONNER PLUS ALORS QU ILS SONT TOUJOURS TRES SAGES ...BRR NRRR
Beauer  - infirmière   |2009-12-17 20:33:40
a partir du moment ou ne pouvons pas faire grève réquisitionnée,
ne pas comparer avec les profs, ils font grève à tout va; le problème est bien là. D'autre part depuis 1970 nous nous battons seuls, ds les hôpitaux les syndicats n'ont pas beaucoup bougé. Le seul ministre de la santé qui a eu pitié de notre pauvre statut c'est bien Kouchner, un petit avancement catégoriel.
Nous allons picorer longtemps les petites miettes que Bachelot voudra bien nous donner. Courage quand même, nous aimons notre métier, mais je suis pessimiste pour les prochains recrutements (les retraitées seront là pour bucher les trous KpSmF
didier   |2009-12-18 09:22:07
les syndicats n'ont pas bougé dis-tu?je travail dans un bloc et je constate lorsque il y a un appel à la grève que le nombre de gréviste est inférieur à ce que permet la réquisition.....les syndicats peuvent toujours faire des effets de manche s' ils ne sont pas suivis par la base ils ne pèse pas face à la direction. Je reste persuadé qu'une forte mobilisation du personnel à travers des manifestations répétées qui interpelleraient les média et la population peut être efficace. Cela suppose une forte implication de chacun et non pas la recherche de bouc émissaire, en l'occurrence les syndicats, comme prétexte pour ne rien faire.Les médecins, très majoritairement proche de la majorité actuelle, ne bougent pas beaucoup non plus.Par contre tu remarqueras qu'ils savent toujours faire avancer leur revendication car ils sont très représentés à l'assemblée nationale.......
désabusée  - non   |2009-12-17 18:43:51
non, personne ne va bouger
trop occupés par les fêtes....c'est bien plus important que notre avenir.....

et ça râlera quand il sera trop tard...

tant pis, moi j'arrête : j'estime ne pas être un mouton que l'on va tondre à l'envi, j'ai assez donné ....pour rien...maintenant ça suffit ...
christine  - Vous y croyez vraiment?   |2009-12-16 18:42:11
Quelqu'un croit il encore que l'on peut faire bouger les nonnes
Moi j'ai la conviction qu'à part râler dans leur coin elles ne bougeront jamais.
Alors subissons avec la masse des immobilistes
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.
Powered by !JoomlaComment 3.20

3.20 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 06-09-2010 )
 
< Précédent   Suivant >