Coordination Nationale Infirmière – CNI infirmiere infirmier syndicat professionnel – Hôpital : les blouses blanches dans la rue contre la modification des horaires

0

Une centaine de manifestants à Montbéliard, un peu moins à Belfort pour protester contre la dégradation des conditions de travail à l’hôpital. À Montbéliard comme à Belfort, la circulation a été perturbée pendant un peu plus d’une heure.

« Allô Roselyne bobo »… annonce une pancarte pour dire au ministre de la Santé que le personnel de l’hôpital a mal. « Nous aurions pu être plus nombreux.
Tout le monde est concerné par les problèmes à l’hôpital », déplore un manifestant devant le refus des automobilistes à prendre les tracts distribués au rond-point de Ludwigsburg à Montbéliard. Pierre Hélias, chef de service de réanimation à Montbéliard et conseiller général, est lui aussi perplexe. « Il faudra bien qu’on arrive à expliquer un jour que dans les problèmes de santé, tout est lié ». A ce carrefour stratégique flotte une grande banderole dénonçant les modifications d’horaires. Par petits groupes, les manifestants bloquent les principaux accès au centre-ville et font un mini sit-in d’une dizaine de minutes.

Scénario identique à Belfort, où les manifestants ont investi les deux principaux carrefours du centre-ville, encadrés d’un important service d’ordre. La circulation est perturbée pendant une heure.

« Rythme d’usine »

A Belfort et à Montbéliard, une banderole commune Coordination nationale infirmière (CNI), CGT, FO et Coordination aides-soignantes et auxiliaires de puériculture. Tous faisant taire leurs divergences sur le site médian pour parler d’une même voix des conditions de travail.
« Les modifications d’horaires vont entraîner une diminution du temps de transmission. Temps primordial de communication entre deux équipes pour échanger les infos essentielles à la sécurité et au suivi des patients. En réduisant au minimum vital ces temps d’échanges, on déshumanise la prise de soins et on augmente les risques d’erreurs au lit du patient ».
Après la diminution du temps de repos entre l’horaire du soir et du matin, le personnel craint que l’étape suivante soit des plannings avec une semaine du soir et l’autre du matin. « Un rythme d’usine pour gérer de l’humain ».
La CNI qui n’est pas hostile au projet de site médian est pourtant en colère. « L’administration (ministère, Agence régionale d’hospitalisation, direction), nous demande de travailler comme s’il n’y avait qu’un seul site et veut faire des économies sur le dos des soignants. Le personnel soignant ne souhaite pas changer ses horaires uniquement pour un enjeu comptable ».
La CNI estime qu’avec la diminution de 20 minutes, le personnel fera 5 nuits supplémentaires (9 € seulement en plus pour une nuit de travail) ce qui va entraîner des frais supplémentaires au personnel (frais de garde en plus). Les temps de transmission passent à 20 minutes (ce qui représente environ 40 secondes par patient !).

40 secondes par patient

Le personnel de jour n’a pas toujours le temps pour aller manger car il faut se changer pour aller au self qui est souvent éloigné. Cri du cœur : « Cela nous paraît inacceptable ».

Le Pays.fr 20 septembre 2008