Coordination Nationale Infirmière – CNI infirmiere infirmier syndicat professionnel – Les Français très attachés à l’hôpital public

0

Selon le baromètre 2010 “Les Français et l’hôpital”, l’hôpital public est plébiscité par nos compatriotes, très attachés à cette équité sociale. Mais ils apparaissent également très critiques quant aux moyens financiers et humains dont il dispose.

Depuis 2003, TNS Sofres réalise pour la Fédération Hospitalière de France le Baromètre “Les Français et l’Hôpital public” afin de juger de la perception des Français à l’hôpital public et plus généralement de l’accès aux soins. L’édition 20101 rend compte d’un attachement des Français à l’hôpital public et d’un jugement très critique sur les moyens humains et financiers dont il dispose.

Un attachement profond au principe d’équité sociale

Selon cette enquête, le fait que l’hôpital public soit accessible à tous, quel que soit son niveau de revenu, est la valeur cardinale du système hospitalier français (elle recueille 56 % de citations). Même si les réponses varient sensiblement en fonction de l’âge, du niveau de revenus et de la préférence partisane, tous les Français apparaissent très attachés aux missions du service public hospitalier. Constante depuis 2004, cette conviction progresse depuis 2006.

En comparaison, l’offre publique hospitalière de soins de proximité est jugée secondaire (19 % de citations), même si on note des écarts importants entre urbains et ruraux. Le fait qu’il y ait toujours un hôpital à proximité totalise 15 % de citations parmi les habitants des grandes agglomérations, contre 32 % parmi les habitants des territoires ruraux isolés. Mais l’organisation de l’offre de soins en milieu rural dépasse le simple cadre de l’hôpital public…

Enfin, la possibilité de se faire hospitaliser dans des délais d’attente très réduits, le libre choix de l’établissement et le faible montant de la participation financière demandée aux malades recueillent respectivement moins de 10 % de citations. Le choix de l’établissement est le plus souvent guidé, voire délégué au médecin traitant. 93 % des Français font confiance au professionnel de santé qu’ils connaissent. Les classements établis par la presse ou les sites internet sont regardés avec méfiance2 mais près d’un répondant sur cinq (18 %) affirme qu’il ne dispose pas du tout de l’information nécessaire pour choisir un établissement hospitalier, et plus d’un sur quatre (28 %) qu’il n’a que très partiellement les ressources nécessaires pour faire ce choix.

L’hôpital public fragilisé par une économie de moyens ?

Selon cette enquête, les Français ont également un jugement très critique sur les moyens humains et financiers dont dispose le système hospitalier français. Si la sévérité du diagnostic n’est pas nouvelle, elle semble désormais impacter directement la satisfaction des usagers.

La satisfaction globale reste élevée et stable (81 %), mais l’évaluation détaillée de la situation se dégrade sensiblement et ses atouts majeurs s’effritent. La part de Français “très satisfaits” passe à 16 % (contre 22 % en 2008). Cette perception d’une fragilisation des fondamentaux de l’hôpital n’est pas virtuelle puisqu’elle est, pour la plupart, fondée sur une expérience personnelle et récente : plus de deux Français sur trois (67%) déclarent être allés dans un hôpital public pour eux-mêmes ou pour un proche dans les douze mois précédant l’enquête : 24 % d’entre eux en étaient “très satisfaits” il y a deux ans, ils sont aujourd’hui 19 % (-5 points). Dans le détail, la qualité des relations humaines entre personnel soignant et patient (écoute, dialogue et temps passé avec le patient) enregistre le recul le plus net (-7 points).

Cette érosion de l’opinion traduit manifestement l’inquiétude des Français, incertains quant à la capacité du modèle d’hôpital “à la française” à conjuguer excellence humain et technique dans le cadre d’une politique d’économie des moyens.

La loi HPST dans la tourmente ?

L’avenir de l’hôpital et en particulier la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoire (loi HPST ou loi Bachelot) ont été l’objet de nombreux débats. Cette loi votée au printemps 2009 comporte 4 enjeux principaux : modernisation des établissements de santé, accès de tous à des soins de qualité, prévention et santé publique, organisation territoriale du système de santé. Mais nombre d’hospitaliers craignent une approche uniquement budgétaire des pouvoirs publics. Le Mouvement de défense de l’hôpital public a d’ailleurs lancé une pétition dénonçant cette réforme, qui, selon eux, a un “objectif apparent, réduire les dépenses de la Sécurité Sociale, et un vrai but occulté, favoriser la privatisation du secteur de la santé pour le livrer aux assureurs et aux groupes de cliniques commerciales et des maisons de retraites à but lucratif”3.

Même si la ministre de la Santé Roselyne Bachelot a affirmé à plusieurs reprises que l’hôpital n’était pas concerné par le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, le MDHP estime que les réductions de budget entraînent mécaniquement des suppressions de postes, les hôpitaux ne pouvant diminuer les dépenses liées à leurs lits d’hospitalisation et à l’accueil aux urgences, aux traitements, à leur équipement, alors même que les services fonctionnent déjà pour la plupart en flux tendu.

La loi HPST permettra-t-elle une rationalisation du fonctionnement des hôpitaux en préservant ses atouts et sans avoir pour autant recours aux privatisations et aux suppressions de postes ? Que pensez-vous de l’évolution de la qualité du service hospitalier public ? Venez vous exprimer sur notre forum.

Luc Blanchot, le 11 mai 2010, Doctissimo

1 – Les Français et l’hôpital public – Etude réalisée en face à face les 7 et 8 avril 2010 auprès d’un échantillon national de 1011 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus – Conférence de presse du 11 mai 2010 2 – 32 % des Français accordent une confiance très prudente (plutôt confiance) aux classements et 19 % aux sites Internet. Plus de deux Français sur cinq déclarent se méfier de ces informations. 3 – Pétition pour la défense de l’hôpital public

S’inscrire gratuitement à la newsletter de la CNI

La Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public Profession banquier, Vocation solidarité La Banque Fédérale Mutualiste (BFM) est la Banque des Agents de la Fonction publique et du Service public. En créant la BFM, des mutuelles de la Fonction publique ont eu l’ambition de créer une banque citoyenne, conjuguant valeurs mutualistes et services bancaires performants. Depuis plus de 20 ans, la BFM distribue son offre bancaire via le réseau de la Société Générale, comptant plus de 2 200 agences. Les personnels de la Fonction publique et du Service public accèdent ainsi à une offre dédiée en matière de prêt et d’épargne, assortis de conditions tarifaires préférentielles. Aujourd’hui, ce sont ainsi près de 800 000 clients qui bénéficient quotidiennement des prestations BFM, complémentaires de l’offre Société Générale. Avantages du compte BFM : → Le Service Bienvenue : prise en charge gratuite des démarches de changement de domiciliation bancaire. Devenir client BFM, c’est simple…on s’occupe de tout ! → Remboursement des frais de transfert(1) de vos comptes (épargne et/ou titres) détenus dans votre banque d’origine. → Un numéro de compte bancaire toujours identique, même si vous changez d’agence. Pratique en cas de déménagement ! → Un conseiller dédié BFM, pour un accueil et un suivi personnalisé en agence. → Votre banque à distance via Internet, Internet mobile, téléphone, SMS… (1) Dans la limite de 100 € pour l’ensemble des comptes transférés. Voir conditions en agence Société Générale. Prêt personnel « BFM Liberté » Avec les prêts personnels BFM Liberté(1), dîtes oui à toutes vos envies ! Des taux à partir de 4,40% T.E.G.(3) hors assurance D.I.T.(2) facultative Un concentré d’avantages financiers → Taux fixe avantageux parmi les plus bas du marché (voir le barème). → Aucuns frais de dossier ou de gestion. → Assurance DIT(2) négociée au meilleur taux auprès de CNP Assurances : 0,28 % sur capital initial. → Prêt jusqu’à 8 ans. En totale liberté → Vous déterminez le montant et la durée du prêt en fonction de vos besoins. → Liberté d’utilisation de votre prêt. → Possibilité de franchise partielle de 3 mois, remboursement du capital à partir du 4ème mois. C’est également le produit idéal pour regrouper vos crédits (baisse de vos remboursements mensuels, meilleur taux, meilleure répartition de la durée de vos engagements). Exemple : Pour un prêt de 2 000 € sur 12 mois, vous remboursez 170,77 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 49,24 € pour un TEG annuel fixe de 4,40%. (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,47 €) (1) Prêt personnel non affecté consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur (Société Coopérative de Banque au capital de 66.707.892 EUR. RCS Créteil B 326 127 784. Siège :1, place des Marseillais – 94227 Charenton-le-Pont Cedex ) et d’être titulaire d’un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale (S.A. au capital de 725 909 055 euros – Siège social : 29, boulevard Haussmann – 75009 Paris – 552 120 222 RCS Paris). Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d’acceptation de l’offre de prêt, pour y renoncer. (2) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros. Contrat d’assurance Groupe – Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie et Incapacité Totale de Travail – souscrit par la BFM en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 804 13 72) auprès de CNP Assurances, société régie par le Code des Assurances et MFPrévoyance, union de mutuelles soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité. Ce contrat est présenté par la Société Générale en tant qu’intermédiaire en assurances (inscription à l’ORIAS n° 0 702 24 93) (3) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d’une durée de remboursement comprise entre 6 et 12 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d’une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. Livret d’épargne « BFM Avenir » La Banque Fédérale Mutualiste propose un livret d’épargne original : le Livret BFM Avenir qui associe une épargne performante et la possibilité de bénéficier d’un prêt à la consommation à taux décoté. Accessible à partir de 10 € de dépôts, le Livret BFM Avenir offre une rémunération de 3%(1), pour les 3 000 premiers euros versés. Au-delà de ce montant, et sans plafond sur les dépôts, le taux du livret BFM Avenir est de 2,55%(1) brut. Le Livret BFM Avenir permet de solliciter, sous conditions, un prêt personnel, sans frais de dossier, à taux avantageux à partir d’un certain montant d’intérêt acquis (voir conditions sur le site www.bfm.fr). (1) Taux nominaux annuels bruts, en vigueur au 16/02/2009 susceptibles de variation. Intérêts soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire forfaitaire et aux prélèvements sociaux. Offre dédiée aux moins de 35 ans « BFM Energie » Parce que vous voulez des services qui vous ressemblent, la BFM a développé une offre spécifique pour les moins de 35 ans : → Des offres de bienvenue : o 20 €(1) offerts à l’ouverture de votre compte BFM à la Société Générale. o 10 €(2) offerts à l’ouverture de chacune des solutions d’épargne proposées par la BFM et la Société Générale : Livret BFM Avenir, Livret A, LEP et LDD + 10 €(2) en cas de mise en place simultanée du service de virement programmé Déclic BFM. → 50 % de réduction sur les 2 premières années de cotisations sur de nombreux produits (Jazz, Piano, Messalia…) Prêt Spécial Démarrage(3) à un taux très attractif (à partir de 3,85% TEG.(4) hors assurance D.I.T.(5) facultative) pour financer tous vos projets (hors immobilier) : achat d’un véhicule, équipement, travaux, vacances… Exemple : Pour un prêt de 3 000 € sur 24 mois, vous remboursez 123,99 € par mois hors assurance DIT facultative. Le coût total du prêt s’élève à 119,76 € pour un TEG annuel fixe de 3,85% (coût mensuel de l’assurance DIT facultative : 0,70 €) → Pour votre logement, profitez des solutions Pack Install’ : o Location : avance du dépôt de garantie + la banque se porte caution(6) pour vous auprès du bailleur. o Acquisition : prêts immobiliers avec prise en charge des frais de dossier(6) par BFM, cautionnement du prêt par votre mutuelle(6) et assurance emprunteur attractive. (1) Prime non cumulable avec d’autres offres Société Générale. • (2) Dans le cadre d’une entrée en relation. • (3) Prêt personnel consenti sous réserve de l’acceptation par la BFM, prêteur et d’être titulaire d’un compte bancaire BFM ouvert à la Société Générale. Vous disposerez de 7 jours, à compter de la date d’acceptation de l’offre de prêt, pour y renoncer. (4) Taux effectif global en vigueur du 05/02/2009 au 28/02/2009 pour un prêt d’une durée de remboursement comprise entre 6 et 24 mois et hors assurance facultative. Pour un prêt d’une durée et/ou montant différents, consultez un conseiller en agence Société Générale. (5) L’assurance DIT est facultative pour tout prêt d’une durée inférieure ou égale à 36 mois (franchise incluse) quel que soit le montant emprunté. Au-delà de cette durée, elle est obligatoire pour les prêts de plus de 10 000 euros (6) Voir conditions en Agence. Solutions immobilières Bénéficiez des taux de prêt avantageux de la Société Générale, d’un taux d’assurance préférentiel négocié par la BFM auprès de CNP Assurances et de la possibilité de faire cautionner votre prêt par votre mutuelle(1) Et si vous avez moins de 35 ans, vous bénéficiez de l’offre Pack Install’ dont la prise en charge des frais de dossier(1) sur votre prêt immobilier Société Générale. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.bfm.fr. (1) Voir conditions et liste des mutuelles « caution » en Agence.