Coordination Nationale Infirmière – CNI infirmiere infirmier syndicat professionnel – Les hôpitaux devraient accumuler près de 1 milliard d’euros de déficit en 2008

0

Les hôpitaux devraient accumuler près de 1 milliard d’euros de déficit en 2008

La règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, en vigueur dans la fonction publique d’Etat, ne concerne pas les hôpitaux, pour lesquels le gouvernement n’affiche aucun ratio. Pour autant, après les fortes augmentations d’effectifs liées notamment aux 35 heures, certains gros établissements commencent à s’attaquer à l’emploi (lire ci-dessous). Pour Gérard Vincent, délégué général de la Fédération hospitalière de France, c’est la conséquence directe de « l’asphyxie financière programmée des hôpitaux ». Selon la FHF, il faudrait supprimer l’équivalent de 20.000 postes pour équilibrer les budgets, mais le gouvernement comme les élus locaux soutiennent rarement les directeurs d’établissement sur ce sujet.

Fin 2007, les établissements publics cumulaient 730 millions d’euros de déficit net (dont la moitié pour les seuls CHU), selon un nouveau bilan de la fédération, établi hier. « On sera entre 800 millions et 1 milliard d’euros de déficit fin 2008, prévient Yves Gaubert, délégué général adjoint. Le problème, c’est que, cette fois, les établissements n’ont plus de réserves. » Voilà pourquoi, sur le terrain, les discussions entre les hôpitaux et les agences régionales de l’hospitalisation (ARH) sont souvent tendues. Les conseils d’administration ont voté des prévisions de budget pour 2008 souvent en fort déséquilibre (lire ci-dessous). Les agences accordent des aides aux hôpitaux engageant des restructurations, « ce qui équivaut à des suppressions de postes », traduit Yves Gaubert.

Possibles excédents

Pour 2009, la FHF évalue à 4,15 % la hausse nécessaire des crédits pour les hôpitaux, et ce sans mesure nouvelle sur les dépenses (plans de santé publique, par exemple). Le ministère de la Santé rétorque que les déficits ne sont pas inéluctables, puisque, avec les mêmes règles tarifaires, certains établissements dégagent des excédents. A la fin 2007, le bilan de la FHF fait état d’un cumul d’environ 100 millions d’euros de profits pour les hôpitaux bénéficiaires. Selon nos informations, le centre hospitalier Pierre-Nouveau (Cannes) et celui de La Rochelle ont réalisé des excédents d’environ 4 millions l’an dernier, devant Bourg-en-Bresse (3,5 millions), Villefranche-sur-Saône (2,5) ou encore Cahors et Mont-de-Marsan (plus de 2 millions).

Autre fait notable, plus inquiétant : le déficit global des hôpitaux s’accroît, bien que l’activité du public face au privé se tienne mieux que prévu. La FHF doit publier prochainement une étude montrant qu’en matière d’hospitalisation complète le public a vu ses parts de marché progresser dans tous les secteurs entre 2002 et 2006 : de 1,3 % en médecine, de 7 % en obstétrique et, plus surprenant, de 3 % en chirurgie (à 42,2 % de part de marché). En ambulatoire (hospitalisation de jour), les cliniques confortent à l’inverse leurs positions sur la chirurgie (à 73,2 % de part de marché) et la médecine, des secteurs plus rentables, souligne la FHF.

ÉTIENNE LEFEBVRE les Echos 4 juillet 2008